Première session parlementaire au Liban depuis un an

le
0

BEYROUTH, 12 novembre (Reuters) - Le parlement libanais s'est réuni jeudi, pour sa première session en plus d'un an, les députés s'apprêtant à voter sur la majeure partie des questions financières vitales pour maintenir le fonctionnement de l'Etat. Cette session de 48 heures doit porter avant tout sur l'adoption de lois cruciales pour les prêts de développement, l'émission de dette et les banques. La paralysie politique qui affecte le Liban signifie que le pays risque, si rien n'est fait, de ne pas obtenir certains prêts de la Banque mondiale, que le parlement a pour les approuver jusqu'à la fin de l'année. Les grands blocs politiques du Liban n'avaient jusque-là pas été en mesure de s'accorder sur l'ordre du jour d'une session parlementaire, entravant tout effort pour réunir le parlement. Mercredi soir encore, certains partis menaçaient de boycotter la réunion. Il s'agit de la première session parlementaire depuis que la chambre a prorogé son propre mandat, en novembre 2014. La classe politique, profondément divisée par ses rivalités internes, ne parvient pas même à s'entendre sur certaines décisions de base, comme par exemple l'endroit où déverser les ordures ménagères. Les questions financières devraient dominer l'ordre du jour de la session, de manière à éviter l'annulation de prêts de la Banque mondiale. Le parlement doit également se prononcer sur une législation bancaire relative aux mouvements transfrontaliers de capitaux, concernant aussi la lutte contre l'évasion fiscale, et des amendements à la loi sur le blanchiment d'argent. (Laila Bassam; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant