Première étape de traversée des USA réussie pour Solar Impulse

le
0
SOLAR IMPULSE RÉUSSIT LA PREMIÈRE ÉTAPE DE SON PROJET DE TRAVERSÉE DES ÉTATS-UNIS
SOLAR IMPULSE RÉUSSIT LA PREMIÈRE ÉTAPE DE SON PROJET DE TRAVERSÉE DES ÉTATS-UNIS

(Reuters) - L'avion solaire expérimental Solar Impulse a atterri à Phoenix en Arizona samedi matin au terme de la première étape de son projet de traversée des Etats-Unis sans consommer la moindre goutte de carburant.

Après 18 heures et 18 minutes de vol, l'aéronef, qui avait décollé vendredi matin peu après 6h00 (13h00 GMT) d'un aéroport près de San Francisco, s'est posé à Phoenix samedi avant l'aube, indique son site web.

Il achève ainsi la première des cinq étapes qui doivent le mener à New York. Les étapes suivantes devraient le mener successivement à Dallas, St. Louis et Washington DC mais le calendrier précis de son périple dépendra de la météo. L'équipe prévoit de s'arrêter à chaque étape pour attendre les conditions météo les plus favorables. Elle espère atteindre l'aéroport John F. Kennedy de New York dans deux mois environ.

Les deux pilotes à l'origine du projet, les Suisses Bertrand Piccard et André Borschberg, conduisent le Solar Impulse à tour de rôle, l'avion n'étant équipé que d'un seul siège. Bertrand Piccard était aux commandes pour le premier vol vers l'Arizona.

L'avion a effectué son premier vol intercontinental, de l'Espagne au Maroc, en juin dernier.

Solar Impulse, dont l'envergure est celle d'un gros porteur mais dont le poids ne dépasse pas celui d'une petite voiture, est propulsé par 12.000 cellules photovoltaïques installées sur ses ailes et qui alimentent des batteries rechargeables, ce qui lui permet de voler de nuit.

Sa consommation d'énergie équivaut à celle d'un scooter pour une vitesse moyenne de 69 kilomètres/heure à une altitude maximale de 8.500 mètres.

Le programme de vols de l'appareil vise à permettre aux ingénieurs de parfaire la conception d'un avion plus avancé destiné à accomplir le tour du monde en 2015.

Le futur avion devra pouvoir voler cinq jours et cinq nuits sans se poser alors que celui qui a décollé vendredi ne peut rester en l'air que 24 heures au maximum.

Le projet a commencé en 2003 sur un budget de 90 millions d'euros pour dix ans. Des ingénieurs du fabricant d'ascenseurs Schindler et des chercheurs du groupe chimique belge Solvay ont participé à l'aventure.

David Bailey, Laila Kearney et Braden Reddall; Marc Angrand et Danielle Rouquié pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant