Première élection présidentielle libre en Tunisie dimanche

le
0
Première élection présidentielle libre en Tunisie dimanche
Première élection présidentielle libre en Tunisie dimanche

La Tunisie s'apprête à élire librement dimanche le premier président de l'après Ben Ali, poussé à l'exil après la révolution du Jasmin de janvier 2011. Un scrutin qui se déroule sous haute surveillance en raison des menaces terroristes. Béji Caïd Essebsi, 87 ans, patron du parti Nidaa Tounès (Appel Tunisie) ayant largué au second rang les islamistes d'Ennahda, lors des législatives du 26 octobre dernier, est présenté comme le favori.

Le Premier ministre actuel Mehdi Jomaa, ancien ministre de l'Industrie, chargé en début d'année de conduire le pays jusqu'aux élections conformément à la feuille de route signée par les principaux partis, s'est dit «très confiant» sur le déroulement de ces échéances. Il voit dans la présidentielle de ce dimanche un «espoir» pour la région, alors que l'essentiel des pays du printemps arabe (Libye, Syrie, Egypte) ont basculé dans la répression ou le chaos.

«C'est un espoir, un grand espoir pour la région (...) Nous étions les premiers à entrer dans ce cycle de changements qu'on a appelé le printemps arabe. Nous serons les premiers (à en sortir) mais d'autres suivront», a-t-il déclaré samedi lors d'une visite dans la région de Béja (120 km à l'ouest de Tunis) pour superviser les préparatifs en vue de l'élection.

Près de 5,3 millions d'électeurs sont appelés aux urnes dimanche (depuis vendredi pour les Tunisiens de l'étranger) pour ce scrutin qui doit achever de doter la Tunisie d'institutions élues pérennes. Vingt-sept personnalités sont en lice, dont le président sortant Moncef Marzouki, le président de l'ex-Assemblée constituante Mustapha Ben Jaafar, deux ministres du président déchu Zine El Abidine Ben Ali, Kamel Mordjane et Mondher Zenaïdi, une figure de proue de la gauche Hamma Hammami, le richissime homme d'affaires et patron d'un club de foot Slim Riahi ainsi qu'une magistrate, Kalthoum Kannou, seule femme candidate.

Cinq candidats ont jeté l'éponge ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant