Première contestation autour de la fusion Publicis-Omnicom

le
0
Paul Ansfield a déposé une plainte devant la Cour suprême de l'État de New York. Il affirme que la fusion entre les deux géants de la publicité, annoncée le 29 juillet, lèse les petits actionnaires d'Omnicom.

Premier grain de sable dans la belle mécanique de la fusion géante entre le français Publicis et l'américain Omnicom qui doit donner naissance au leader mondial de la publicité et du marketing. Un petit porteur américain, Paul Ansfield, estime en effet que l'opération de rapprochement entre les deux géants de la communication, présentée comme une «fusion entre égaux», va en réalité bénéficier aux dirigeants des deux groupes et léser les petits actionnaires d'Omnicom, au profit de ceux de Publicis. Il a déposé une plainte devant la Cour suprême de l'État de New York, comme l'a révélé Bloomberg mardi soir.

Le 29 juillet, lors de la conférence de presse annonçant, à la surprise générale, la fusion des deux groupes, leurs dirigeants, Maurice Lévy (Publ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant