Première avancée sur le nucléaire iranien à Genève

le
0
Dans les dernières négociations pour un accord entre les grandes puissances et l'Iran, Paris a exigé de sérieuses garanties.

Ce n'est pas encore «l'accord historique» espéré par certains pour régler le différend qui oppose la communauté internationale à l'Iran depuis dix ans. Tout juste une fragile «feuille de route» pour les mois à venir et autour de laquelle les grandes puissances et l'Iran tentaient toujours de s'entendre vendredi soir. Le texte commun, qui devait sortir du marathon diplomatique de Genève, n'est qu'un accord de principe, à la durée de vie limitée. Il ne devrait être définitif que dans six mois, après de nouveaux cycles de négociations.

Selon des sources proches du dossier, l'Iran aurait accepté d'arrêter l'enrichissement de son uranium à 20%, le seuil critique pour fabriquer une bombe nucléaire. La République islamique aurait également consenti à ne pas activer le réacteur d'Arak, qui utilise du plutonium, l'autre filière pour fabriq...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant