Premier trimestre morose pour le marché du logement neuf

le
0
Les ventes restent inférieures de près de 5 000 unités par rapport à celles du premier trimestre 2011 et de 10 000 logements par rapport à la même période de 2010.
Les ventes restent inférieures de près de 5 000 unités par rapport à celles du premier trimestre 2011 et de 10 000 logements par rapport à la même période de 2010.

Ce jeudi, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) publiait les chiffres de son premier trimestre pour le logement neuf. Un bilan morose, puisque les mises en vente enregistrent leur plus bas niveau depuis 2010 avec 13 986 nouveaux logements mis sur le marché seulement, soit une offre inférieure de 38 % à celle des années précédentes, tandis que les autorisations de construire reculent de 25 %. Quant à la commercialisation, elle reste historiquement faible. Conséquences ? 25 000 logements en moins sur deux ans et 50 000 emplois perdus, sans compter l'absence de contribution à la croissance économique. Pour expliquer ces mauvais résultats, les professionnels de l'immobilier pointent du doigt les coûts de production trop élevés du fait de l'empilement des normes, la rareté du foncier constructible alimenté par une fiscalité pénalisante, les difficultés financières des acquéreurs, les restrictions de crédits et, enfin, la frilosité des équipes communales à accorder des permis de construire. Un constat partagé par les Français qui estiment pour 60 % d'entre eux que la question du logement n'est pas correctement traitée par le gouvernement. Malgré un contexte favorable, les ventes en accessions reculentContre toute attente, les ventes en accessions enregistrent leur premier recul depuis 2012 (- 5,7 %). Pourtant, le contexte est plus que favorable avec des taux de crédits immobiliers au plus bas (2,70 % au mois de juillet 2014), et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant