Premier tir d'une fusée Soyouz en Guyane depuis l'échec de Galileo

le
0
Premier tir d'une fusée Soyouz en Guyane depuis l'échec de Galileo
Premier tir d'une fusée Soyouz en Guyane depuis l'échec de Galileo

Les quatre derniers satellites d'un ensemble dont l'objectif est d'offrir un accès internet haut débit aux pays numériquement défavorisés, vont être lancés jeudi par une fusée Soyouz : ce sera le premier tir du lanceur en Guyane depuis l'échec de Galileo en août.Initialement, ce sont deux nouveaux satellites du système européen de navigation Galileo qu'aurait dû emporter le mythique lanceur russe pour son 10e tir depuis le Centre spatial guyanais.L'Agence spatiale européenne (ESA) a cependant préféré se donner du temps pour tester les deux satellites injectés sur une mauvaise orbite le 22 août par une fusée Soyouz tirée depuis la Guyane.Un lanceur Soyouz partira donc du pas de tir de Sinnamary, en Guyane française, jeudi à 15H37 heure de Guyane (19H37 heure de Paris), avec à bord quatre satellites d'une autre famille, dite O3b.Les satellites seront séparés deux par deux, le premier couple environ deux heures après le décollage et le second 22 minutes plus tard.O3b est l'abréviation de "Other 3 billion", les "trois autres milliards" d'habitants de la planète qui ne bénéficient pas encore de l'internet à haut débit.Les quatre nouveaux satellites O3b seront placés à environ 8.000 km d'altitude, sur une orbite équatoriale où ils rejoindront les 8 premiers satellites de la constellation. Avec ce nouveau lancement, "la constellation O3b sera totalement déployée et pleinement opérationnelle", a souligné la société Arianespace.Elle a l'ambition de fournir un accès internet haut débit et à faible coût aux marchés émergents d'Asie, d'Afrique, d'Amérique latine, d'Australie et du Moyen-Orient, soit près de 180 pays.Des satellites géostationnaires fournissent déjà ce type de services, mais leur coût d'exploitation est généralement élevé, tout comme la facture finale pour l'utilisateur. - Le cap des 500 satellites - Conçus par Thales Alenia Space, les satellites O3b sont moins gros (700 kg ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant