Premier revers pour les progressistes russes

le
0
Le retour annoncé de Poutine se solde par le départ du ministre des Finances, Alexeï Koudrine.

Le ministre russe le plus respecté en Occident, Alexeï Koudrine, a été sacrifié sur l'autel de la stabilité politique. C'est ainsi qu'il faut interpréter la démission-limogeage de celui qui, depuis dix ans, incarne à la fois rigueur budgétaire et modernisme politique et qui s'est récemment exprimé en faveur d'élections libres.

Le fait qu'il fasse partie du premier cercle de Vladimir Poutine ne l'a pas empêché d'être lâché par son protecteur. Son principal tort : avoir critiqué la politique économique du président Dmitri Medvedev et tenté d'enfoncer un coin entre ce dernier et l'actuel chef du gouvernement, alors que les deux hommes s'apprêtent à échanger leurs postes. Un véritable affront pour le tandem au pouvoir, qui entend que la continuité politique prime sur toute autre considération. Dans la foulée, ce dernier a rempacé Koudrine par son adjoint, Anton Silouanov, un parfait inconu qui sera lui-même chapeauté par une étoile montante du gouvernemen

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant