Premier retrait d'agrément d'un opérateur de jeux en ligne

le
0
Premier retrait d'agrément d'un opérateur de jeux en ligne
Premier retrait d'agrément d'un opérateur de jeux en ligne
Pour la première fois depuis l'ouverture du marché français des jeux en ligne en juin 2010, un opérateur de paris sportifs s'est vu retirer son autorisation d'exploitation pour ne pas avoir respecté ses obligations légales, la sanction la plus sévère vivement dénoncée par l'opérateur.La Commission des sanctions de l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) a en effet retiré l'agrément d'exploitation de la société de paris sportifs Aubsail SAS (www.france-pari-sportif.fr.), a annoncé l'Arjel mercredi sur son site.Le gendarme des jeux en ligne a assorti la publication de la décision d'un message d'information aux joueurs, précisant que le site est "tenu de refuser toute nouvelle prise de pari et de rendre immédiatement impossible l'ouverture de nouveaux comptes joueurs sur son site" et de les rembourser "immédiatement".Cette décision de la Commission des sanctions de l'Arjel a été prise mardi.France.pari-sportif.fr est un petit opérateur, installé dans la région brestoise, qui possède moins d'un millier de comptes joueurs et dont le montant actuel des dépôts totalise moins de 50.000 euros, a-t-on précisé de source proche du dossier.Les membres de la commission ont retiré l'agrément parce que l'opérateur n'avait pas respecté les procédures de certification de sa plateforme et parce qu'il avait dépassé le taux de retour aux joueurs (TRJ, pourcentage des sommes reversées à l'ensemble des joueurs par rapport à leurs mises initiales) fixé à 85 % par la loi.Dans son message d'information aux joueurs, l'Arjel attire l'attention des joueurs ayant ouvert des comptes sur le site france.pari-sportif.fr que l'opérateur "doit procéder au remboursement de leurs avoirs".Pour les joueurs disposant de comptes joueurs définitifs, l'opérateur doit reverser immédiatement le solde créditeur sur leur compte bancaire.Les joueurs disposant de comptes provisoires sont invités à communiquer à...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant