Premier recul du chômage au sens du BIT depuis 2011

le
27
BAISSE DE 0,1 POINT DU TAUX DE CHÔMAGE AU SENS DU BIT AU 4E TRIMESTRE
BAISSE DE 0,1 POINT DU TAUX DE CHÔMAGE AU SENS DU BIT AU 4E TRIMESTRE

PARIS (Reuters) - Le chômage a baissé en France au quatrième trimestre 2013 pour la première fois depuis 2011, un succès pour François Hollande et le gouvernement qui s'étaient engagés sur ce point, même si le nombre d'inscrits à Pôle emploi continue à augmenter.

Le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) a baissé de 0,1 point au quatrième trimestre, à 9,8% en France métropolitaine et 10,2% avec les départements d'Outre-mer, selon les chiffres publiés jeudi par l'Insee.

C'est la première baisse du taux de chômage depuis le deuxième trimestre 2011, pour la France métropolitaine comme pour l'ensemble métropole plus départements d'Outre-mer.

Ces chiffres intègrent l'impact d'un questionnaire rénové de l'Insee, qui n'a, selon l'institut, "aucun impact sur la mesure de ces évolutions". Selon l'ancienne méthode, le taux de chômage a également reculé de 0,1 point, à 10,3%, en métropole.

Le nombre de chômeurs au sens du BIT a baissé de 41.000 au quatrième trimestre pour atteindre 2.788.000 en France métropolitaine. Il avait reculé de 16.000 au troisième trimestre, ce qui constituait la première baisse depuis le deuxième trimestre 2011.

Le gouvernement s'est félicité de ces chiffres.

"Le chômage en France a baissé au quatrième trimestre 2013, conformément à l'ambition du président de la République de voir le chômage commencer à reculer en fin d'année", déclare le ministre du Travail, Michel Sapin, dans un communiqué.

STABILITÉ SUR UN AN

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, y voit un encouragement à amplifier la politique du gouvernement "pour que 2014 soit vraiment le tournant de la reconquête économique, de la croissance et du recul durable du chômage."

"C'est le moment d'accélérer, c'est le moment de mettre le turbo, c'est le moment de faire vivre le pacte" de responsabilité qui prévoit de baisser les charges des entreprises pour qu'elles embauchent, a-t-il dit sur RMC et BFM TV.

Sur un an, le taux de chômage est stable, ajoute l'Insee.

Le chiffre du troisième trimestre pour la France métropolitaine a été révisé en baisse de 0,1 point à 9,9%, soit le même niveau qu'aux deuxième et premier trimestres. Avec les départements d'Outre-mer, le taux du chômage était de 10,3% au troisième trimestre comme au deuxième et au premier.

Les chiffres des chômeurs inscrits à Pôle emploi n'ont eux pas montré d'"inversion de la courbe" fin 2013. La hausse s'est même poursuivie en janvier, avec 8.900 chômeurs supplémentaires en catégorie A, à 3.316.200 en France métropolitaine, un nouveau record.

"Les concepts de demandeur d'emploi de catégorie A et de chômeur au sens du BIT ne se recouvrent pas complètement", souligne l'Insee.

Un chômeur en catégorie A peut ne pas être chômeur au sens du BIT, par exemple s'il n'a pas effectué des actes de recherche d'emploi. Inversement, un chômeur au sens du BIT peut ne pas être demandeur d'emploi en catégorie A, par exemple s'il n'est pas inscrit à Pôle emploi.

FORTE BAISSE POUR LES JEUNES

En France métropolitaine, le taux de chômage des 15-24 ans a baissé de 1,1 point au quatrième trimestre à 22,8% (soit 621.000 personnes), celui des 25-49 ans est stable à 9,2% (1.665.000 personnes) et celui des 50 ans et plus a reculé de 0,2 point à 6,4% (502.000 personnes).

Le taux d'emploi des 15-64 ans est stable au quatrième trimestre et sur un an, à 64,1%. Le taux d'activité baisse lui de 0,1 point, à 71,1%, restant stable sur un an.

Parmi les personnes inactives au sens du BIT, 1,3 million de personnes souhaitent un emploi sans être comptées dans la population des personnes au chômage, ce qui constitue le "halo" autour du chômage, qui augmente légèrement sur un an, ajoute l'Insee.

Dans son communiqué, le ministre du Travail salue par ailleurs les résultats des discussions mercredi entre les partenaires sociaux sur le "pacte de responsabilité", le patronat et des organisations syndicales majoritaires ayant annoncé être favorables à la signature dans les prochains jours d'un accord sur sa mise en oeuvre. ()

(Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le jeudi 6 mar 2014 à 18:20

    Comment maquiller des chiffres...Avec Harlem le délinquant ils ont un bon professeur...

  • M4145072 le jeudi 6 mar 2014 à 18:20

    Même dépêche qu'à 11h19. Pourquoi ?

  • and.lefo le jeudi 6 mar 2014 à 17:31

    l'explication est là : pour l'INSEE, un chomeur qui cesse de chercher du boulot n'est plus un chomeur.(alors que pour Pole emploi, il l'est encore).Donc ce sont les chiffres de Pole emploi qui sont bons, et donc l'inversion n'existe pas.

  • and.lefo le jeudi 6 mar 2014 à 17:26

    les socialistes ne sont pas très intelligents...nous sortir le coup de l'inversion à 3 semaines des élections ! c'est tellement énorme ! ils auraient mieux fait de ne rien dire... ça va se retourner contre eux, en fait.

  • and.lefo le jeudi 6 mar 2014 à 17:22

    le calcul de l'INSEE est simple : elle "sort" de la liste des chomeurs les personnes qui ont cessé de rechercher activement un emploi !.....alors que ces presonnes sont toujours au chômage !en revanche Pole emploi maintient ces personnes dans les chiffres du chômage.et voilà comment on inverse la courbe !enfantin, non ?

  • faites_c le jeudi 6 mar 2014 à 16:49

    "Un chômeur en catégorie A peut ne pas être chômeur au sens du BIT, par exemple s'il n'a pas effectué des actes de recherche d'emploi." Donc si on n'a pas d'emploi mais que l'on répond bêtement aux questions de l'Insee, on n'est pas considéré comme chômeur!!! Et l'Insee fait comment pour vérifier que la personne interrogée a réellement cherché un emploi?

  • faites_c le jeudi 6 mar 2014 à 16:47

    Il n'y a pas eu baisse du chômage! Il y a simplement la démonstration que les chiffres de l'INSEE sont du pipeau autant pour le chômage que pour l'inflation et que ces chiffres sont donnés en fonction des instructions des ministères et absolument pas par rapport à la réalité du terrain. Personnellement, j'ai déjà fait partie du pannel de l'Insee pour ces enquêtes et j'affirme que l'on ne peut rien tirer de fiable des questions posées par ces pseudos statisticiens!

  • mlemonn4 le jeudi 6 mar 2014 à 16:36

    Politiques de droite/gauche ne sont que des sangsues qui mangent tous les jours dans la l’assiette du citoyen ; ils ne servent qu'à gaspiller l'argent public le plus souvent dans leurs propres intérêts et leur égo; En France, il n'y a pas un seul politique qui n'échappe au délit de prise illégal d'intérêt, à l'abus de biens publics et au détournement de fonds; et il faudrait voter pour tous ces malfrats de grands chemins qui devraient être aujourd'hui en taule et déchus de leurs droits civils!

  • domin288 le jeudi 6 mar 2014 à 16:26

    Je viens de recevoir pour les municipales, dans ma boite aux lettres un magnifique livre de 45 pages avec photo sur papier glacé émmanant du chalenger PS de ma ville. Sachant qu'il n'est pas Crésus, j'aimerais savoir quelle spoliation a été organisé pour émettre un tel programme d'ailleurs peu fiable. Scandaleux!

  • domin288 le jeudi 6 mar 2014 à 16:22

    Peut-ons compter les membres du BIT comme 1)demandeurs d'emploi! 2) chomeurs professionnels! 3) chomeurs occupés! 4)Fonctionnaires au chomâge. En sachant qu'aucune de ces fonctions ne rentrent dans les catégories de calcul de l'INSEE :). Comme j'aurais aimé une vraie inversion de la courbe. Trop de gens actuellement reste sur le carreau. Un peu de respect pour ceux qui sont rayés, évincés des statistiques pour des raisons parfois douteuses.