Premier League: United, un champion avec des défauts

le
0

par Martyn Herman

LONDRES (Reuters) - Pour Alex Ferguson, le 20e titre de champion d'Angleterre de Manchester United vaut largement ceux acquis par le passé et si jamais l'entraîneur mancunien terminait la saison par quatre victoires, il serait malvenu de le contredire.

Après s'être assuré lundi un nouveau sacre en Premier League, l'objectif des Red Devils est désormais de terminer le championnat à la barre symbolique des 96 points, et de battre le un record établi par le Chelsea de José Mourinho en 2004/2005, bien plus flamboyant que le United version 2012/2013.

Sous l'ère Ferguson, les Mancuniens ont engrangé treize titres de champion d'Angleterre et pour l'heure, le record du club en termes de points reste les 92 amassés lors de la campagne 1993/1994, à une époque où l'on jouait toutefois 42 matches, contre 38 aujourd'hui.

La saison dernière, United s'était fait souffler le titre lors de la dernière journée par son rival City, au terme d'un final haletant et serré.

Cette année, les Red Devils ont profité d'un gros passage à vide des Citizens, des errements de Chelsea au niveau managérial et de débuts catastrophiques d'Arsenal.

Et pour l'entraîneur de City Roberto Mancini, l'écart qu'il y a aujourd'hui entre United et ses poursuivants n'est qu'artificiel.

"Cela ne reflète pas la réalité du championnat. Il n'y a pas de fossé. Ils ne sont pas meilleurs que nous même s'ils méritent de remporter le titre", a expliqué le week-end dernier le technicien italien.

BEAUCOUP DE DÉFAUTS MAIS UN RECORD

En refaisant le film de la saison, il n'est en effet pas faux de dire qu'avant de décrocher ce titre, United a traversé des moments difficile la faute à une défense fragile, un milieu laborieux et une attaque trop dépendante de l'efficacité de Robin van Persie.

Si l'international n'avait d'ailleurs pas inscrit 24 buts, nul doute que City, qui convoitait d'ailleurs l'été l'ancien joueur d'Arsenal, aurait certainement conservé son titre.

Hormis Van Persie, le seul joueur de United à avoir dépassé cette saison la barre des dix buts est Wayne Rooney, avec 12 réalisations.

Ferguson a accordé beaucoup de confiance et de crédit au jeune Danny Welbeck mais sans lui faire offense, celui-ci n'est pas encore de la trempe des Andy Cole, Dwight Yorke, Teddy Sheringham ou Dimitar Berbatov.

Dans le même état d'esprit, le United d'aujourd'hui semble à des années-lumière de celui de l'époque de David Beckham, de Cristiano Ronaldo et consorts.

Au milieu de terrain, Michael Carrick a déçu, poussant Ferguson à utiliser le vétéran sorti de sa retraite Paul Scholes quasi chaque semaine. Nani, Antonio Valencia et Ashley Young n'ont pas été beaucoup plus en vue.

En défense, les blessures récurrentes des deux rocs des années passées, Rio Ferdinand et Nemanja Vidic, ont rendu la tâche difficile et le spectacle un peu moins attrayant.

Sur la scène européenne, United n'a d'ailleurs pas pu faire mieux qu'un huitième de finale de Ligue des champions, éliminé par le Real Madrid.

Malgré tout ces défauts, les Red Devils sont champions. Pour la 20e fois de leur histoire. Un record pour la Premier League.

Olivier Guillemain pour le service français, édité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant