Premier cycle QSI au PSG, l'heure du bilan

le
0
Premier cycle QSI au PSG, l'heure du bilan
Premier cycle QSI au PSG, l'heure du bilan

Zlatan Ibrahimovic jouera son dernier match sous les couleurs du PSG face à Marseille en finale de Coupe de France. Avec son départ, c'est une page qui se ferme à Paris, celle du premier cycle de Qatar Sport Investments dans le club de la Capitale. Que penser de ces cinq ans ?

Il a quitté la pelouse comme il était arrivée, en début de saison 2012-2013, avec un doublé. Et contrairement à David Beckham qui avait joué la carte " émotion " alors qu'il n'était resté que six mois, Zlatan Ibrahimovic est lui parti avec l'arrogance qui le caractérise. Son 38e but de la saison inscrit, il a quitté la pelouse -remplacé symboliquement par deux de ses enfants- alors que Laurent Blanc avait déjà usé de ses trois changements. Rien à carrer du protocole habituel ou de laisser ses coéquipiers à dix, le Suédois a une nouvelle fois de plus imposé ses règles. Au plus grand plaisir des propriétaires qataris qui avaient fait de lui leur tête de gondole depuis quatre ans. Car l'avant-centre n'était pas là que pour marquer des buts mais aussi faire parler du PSG. Son départ marque la fin d'un premier cycle pour le Paris version qatarie, et donc le début d'un nouveau où les décideurs parisiens vont devoir faire les bons choix pour continuer d'avancer. Pas forcément simple pour un projet déjà significativement avancé et où la marge de progression est tenue.

PSG, club de Ligue des champions et marque internationale


Cette saison, le PSG était le plus gros budget de Ligue 1 avec 490 millions d'euros. Le double de l'AS Monaco, seconde puissance financière du championnat. Ce qui a permis à Laurent Blanc et ses hommes de décrocher haut là main un quatrième titre de champion de rang ainsi qu'un quatrième quart de finale en Ligue des champions. Sans oublier trois Coupes de la Ligue et une -bientôt deux peut être- Coupe(s) de France. Les détracteurs du projet parisien -ou plus spécifiquement de Laurent Blanc pour certains- minimisent le mérite d'une telle progression sportive à la lumière du changement de surface financière du club.

Le PSG veut renommer une tribune du Parc au nom de Zlatan
Si une telle augmentation du compte bancaire du club a forcément facilité l'amélioration des résultats, la direction parisienne -incarnée par le Brésilien Leonardo pendant deux ans- a tout de même eu le mérite de ne pas faire n'importe quoi avec ses énormes moyens. Et bâtir ainsi très rapidement un effectif compétitif avant de l'optimiser avec l'arrivée de stars…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant