Premier congrès du Parti nord-coréen des travailleurs depuis 1980

le , mis à jour à 18:59
0
 (Actualisé avec discours de Kim Jong-un) 
    par James Pearson 
    PYONGYANG, 6 mai (Reuters) - Le dirigeant nord-coréen Kim 
Jong-un s'est félicité vendredi du "grand succès" de l'essai 
nucléaire effectué en janvier et de la mise sur orbite d'un 
satellite, à l'ouverture d'un congrès historique du Parti des 
travailleurs. 
    L'événement, sans précédent depuis 1980 et qui doit durer 
quatre ou cinq jours, consacre le règne du troisième 
représentant de la dynastie Kim, âgé de 33 ans, qui a accédé au 
pouvoir il y a quatre ans après la mort de son père, Kim 
Jong-il. 
    "En cette année du septième congrès du Parti, l'armée et le 
peuple ont accompli de grands succès avec leur premier essai de 
bombe à hydrogène et le lancement du satellite d'observation de 
la terre Kwangmyongsong-4, qui a brillamment illuminé les 
prouesses du Juche Joson", a-t-il déclaré, évoquant l'idéologie 
du parti unique.  
    Des milliers de délégués venus de tout le pays assistent à 
cette réunion très codifiée. Les journalistes étrangers invités 
à couvrir le congrès dans ce pays habituellement méfiant à 
l'égard des médias n'ont pas été autorisés à pénétrer à 
l'intérieur du Palais de la culture du 25 avril, où se déroule 
la manifestation. 
    Les médias officiels nord-coréens n'avaient de leur côté 
fourni aucun détail sur le déroulement du congrès vendredi en 
début de soirée. 
    Avant son ouverture, les autorités ont vanté les "résultats 
miraculeux" du pays. L'agence officielle de presse KCNA rapporte 
ainsi que les objectifs de production dans le secteur industriel 
ont été remplis à 144%. Idem pour ce qui est de l'énergie, avec 
110% des objectifs de production d'électricité remplis. 
    Le pouvoir a également déclaré que les avancées récentes 
dans les domaines du nucléaire et de la balistique étaient "les 
plus beaux cadeaux" faits aux délégués. 
    La Corée du Nord a conduit ces derniers mois une série de 
tirs de missiles et d'essais nucléaires, exacerbant les tensions 
avec son voisin du Sud avec laquelle elle est techniquement 
toujours en guerre. 
    Des médias sud-coréens ont rapporté fin avril que la Corée 
du Nord pourrait prochainement effectuer son cinquième essai 
nucléaire. "L'objectif poursuivi par la Corée du Nord est de 
devenir une puissance nucléaire militaire internationalement 
reconnue", a déclaré mardi devant des députés le ministre 
sud-coréen de la Défense, Han Min-koo. 
         
    VOITURES EN NOMBRE ACCRU, IMMEUBLES EN CHANTIER  
    Kim devrait profiter du Congrès pour déclarer officiellement 
la Corée du Nord comme puissance nucléaire et mettre le pays sur 
la voie du "Byongjin", qui prône le développement parallèle de 
l'économie et des capacités nucléaires. 
    Cette doctrine fait suite au "Songun" de Kim Jong-il, 
c'est-à-dire "l'armée d'abord", et au "Juche" de son grand-père, 
Kim Il-sung, la matrice idéologique de la Corée du Nord qui mêle 
marxisme et nationalisme exacerbé. 
    La radio publique nord-coréenne a annoncé que le VIIe 
congrès du Parti des travailleurs allait "dévoiler le schéma 
brillant qui mènera à la victoire finale de notre révolution", 
rapporte l'agence sud-coréenne de presse Yonhap. 
    Depuis l'arrivée de Kim Jong-un au pouvoir, la Corée du Nord 
a vu se développer un "marché gris" avec pour conséquence une 
consommation en hausse dans la capitale, où l'on voit plus de 
voitures, plus de taxis et où les magasins vendent des 
marchandises plus diversifiées. Les immeubles en chantier sont 
également plus nombreux et la ville est mieux éclairée la nuit. 
    Toute la semaine, Pyongyang a résonné des slogans 
patriotiques scandés par les habitants se préparant au grand 
jour, tandis que des milliers d'écoliers vêtus de chemises 
blanches et de chapeaux rouges répétaient des spectacles. 
    Les quatre années de Kim Jong-un au pouvoir ont été marquées 
par de fréquents remaniements au sein de son premier cercle, 
avec purges et exécutions. L'exécution de son oncle, le puissant 
Jang Song Thaek en 2013, a particulièrement marqué les esprits. 
    Kim lui-même est peu apparu en public. Sa dernière 
apparition dans les médias remonte au 24 avril. Il avait 
supervisé la veille un test de lancement d'un missile balistique 
lancé à partir d'un sous-marin. 
    Selon la presse officielle, les délégués ont assisté à un 
opéra mercredi intitulé "La victoire de la révolution est en 
vue" au Grand théâtre de Pyongyang. 
 
 (avec Jack Kim et Jee Heun Kahng à Séoul; Nicolas Delame, 
Danielle Rouquié, Henri-Pierre André et Tangi Salaün pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant