Prélèvements obligatoires : 22 milliards de plus en 2012

le
12
L'Insee publie aujourd'hui son rapport annuel sur les comptes de la nation 2012.

Le rapport sur les comptes de la nation 2012 publié aujourd'hui par l'Insee est l'occasion pour l'institut de statistiques de faire un point sur la fiscalité qui s'est appliquée l'année dernière. Un bilan qui permet de donner tout son sens à l'expression de «matraquage fiscal» prononcé dans les rangs de la droite - mais aussi par certains à gauche - ces derniers mois. Et qui justifie d'autant plus la nécessité de faire désormais porter sur les dépenses l'assainissement des finances publiques.

L'Insee rappelle ainsi que les mesures fiscales ont contribué à accroître le niveau des prélèvements obligatoires de 22 milliards d'euros en 2012, en raison des mesures prises par le gouvernement de François Fillon, puis de Jean-Marc Ayrault.

Plus de 17 milliards pour les ménages

Les ménages ont été les premiers touchés: ils ont vu leurs prélèvements fiscaux et sociaux augmenter de 17,2 milliards. La contribution exceptionnelle sur la fortune décidée par le nouveau gouvernement dès son arrivée en fonctions, a pesé à elle seule 2,3 milliards d'euros - faisant «plus que compenser» la modification de 2011 du barème de l'ISF visant à l'alléger de 1,5 milliard, note l'Insee. La création d'un deuxième taux réduit de TVA à 7 % a coûté quelque 2,1 milliards aux Français ; la hausse des prélèvements sociaux sur le capital, 1,9 milliard ; la désindexation du barème de l'impôt sur le revenu, 1,8 milliard ; la suppression de l'exonération sociale sur les heures supplémentaires, 1 milliard, etc.


Les entreprises n'ont pas non plus été épargnées. Leurs prélèvements ont augmenté de 5 milliards en 2012. Les nouvelles dispositions relatives à l'impôt sur les sociétés - notamment l'instauration d'une contribution exceptionnelle pour les grandes entreprises, la montée en charge de la limitation pour les entreprises bénéficiaires de reporter leur déficit ou encore la suppression du bénéfice mondial consolidé - leur ont coûté 2,6 milliards. Diverses mesures techniques font le reste.

Lever le pied

La réduction du déficit cette année sera de nouveau le fruit de prélèvements obligatoires: quelque 24 milliards d'euros sont annoncés pour 2013. Pour la suite, le gouvernement va lever le pied. Parce qu'il ne veut pas «ajouter de l'austérité à la récession», selon l'expression consacrée. «Compte tenu du niveau déjà élevé des prélèvements obligatoires, il a en effet été fait le choix d'éviter toute hausse généralisée des impôts», peut-on lire dans le programme de stabilité envoyé en avril à Bruxelles. «Il n'y aura pas d'autres impôts en 2014 sur les ménages que l'augmentation annoncée de la TVA», martelait depuis des semaines le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici. C'était sans compter sur le nouveau coup de rabot au quotient familial que le gouvernement a annoncé il y a quelques jours...

En 2014, le gouvernement prévoit néanmoins de commencer à s'attaquer réellement aux économies dans les dépenses pour améliorer le déficit public. Reste à savoir comment.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1310580 le vendredi 14 juin 2013 à 23:33

    je suis travailleur indépendant, qu'est-ce que j'ai mal au C U L !

  • miez1804 le vendredi 14 juin 2013 à 10:46

    Il y a qu' une usine qui tourne a fond depuis le 6 MAI, elle produit de la vaselline,ils ont explosé leurs chiffre d'affaire avec Normal 1er aux manettes!

  • knbskin le vendredi 14 juin 2013 à 10:29

    .../... l'enseignement supérieur, par exemple. Moyennant quoi, effectivement, j'ai à supporter des remarques du genre de celles de crésus57 ... :)

  • knbskin le vendredi 14 juin 2013 à 10:28

    Je ne vois vraiment pas en quoi je "balance" une quelconque "haine", cresus57 ... Je cherche juste à échanger des idées et comprendre ce que je peux faire d'utile pour mon pays. Pour le moment, j'en ai tire quelques axes : 1°) Financer la recherche, les PMI innovantes, et l'industrie ; 2°) Sortir mes économies des fonds en euros des AV et des livrets ; 3°) M'intéresser aux jeunes (ingénieurs, entrepreneurs, etc.) et à .../...

  • cresus57 le vendredi 14 juin 2013 à 10:14

    Ah. Et tu passes ta retraite à balancer ta haine des autres sur un forum. Triste.

  • knbskin le vendredi 14 juin 2013 à 09:17

    C'est une bonne question, cresus57 ... Je crois avoir déjà dit que je suis retraité. :)

  • cresus57 le vendredi 14 juin 2013 à 09:10

    vu le nombre de messages de knbskin je me demande s'il est très productif par ailleurs...

  • knbskin le vendredi 14 juin 2013 à 09:05

    Comme par ailleurs, les entrepreneurs qui créent des entreprises (oui, il en reste quelques-uns, roulio86) n'embauchent pas de "non-productifs", mais plutôt des salariés très qualifiés, notre prétendu chômage (à base de non-qualifiés) est sans solution. Sauf à rendre ces non-qualifiés employables, de gré ou de force, en commençant, par exemple, par diviser par 2 les minima sociaux ...

  • knbskin le vendredi 14 juin 2013 à 09:01

    .../... fonctionnaires payés à ne rien faire dans les sous-préfectures, la territoriale, planqués des régimes spéciaux de retraites, et autres profiteurs. Comme ces gens votent, ils ne peuvent que voter pour l'augmentation de la pression fiscale sur ceux qui produisent les richesses.

  • knbskin le vendredi 14 juin 2013 à 08:59

    Hier soir, j'écoutais Xavier Fontanet, qui nous expliquait, entre autres, comment Essilor vend des lunettes de vue en Inde ... J'en ai conclu que nous ne pourrions pas sortir de "la crise" tant que notre gouvernement, quel que soit son bord, continuerait à dépenser des sommes gigantesques en subventions et prestations à des millions de non-productifs : illettrés inemployables car incapables de produire des richesses en France, .../...