Prélèvement à la source : ne parlez pas d'impôt aux DRH !

le , mis à jour à 09:10
6
Prélèvement à la source : ne parlez pas d'impôt aux DRH !
Prélèvement à la source : ne parlez pas d'impôt aux DRH !

Ils seront aux avant-postes de la réforme. Autant dire sur le front. Et à quinze mois de l'échéance fixée par le chef de l'Etat, la mise en place du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu inquiète sérieusement les directeurs des ressources humaines (DRH), car ce sont eux qui devront l'appliquer dans leurs entreprises. S'ils paniquent un peu à l'approche de l'échéance, c'est d'abord par manque d'informations mais aussi parce qu'ils redoutent la réaction des salariés au vu de leur fiche de paie.

 

« On a de sérieuses craintes sur le volet informatique », explique ainsi Benoit Serre, directeur des ressources humaines à la Macif. « Les retards de l'Etat pour la mise en place des déclarations sociales nominatives (NDLR : en cours) nous ont échaudés. Les éditeurs de logiciels seront-ils informés et leurs logiciels compatibles dans les délais ? » s'interroge celui qui est également vice-président de l'ANDRH (Association nationale des directeurs des ressources humaines).

 

Le revenu net amputé

 

A l'association, qui compte 5 000 membres, on redoute aussi d'être confronté directement à la réaction des salariés. « Ce qui les intéresse, c'est ce qu'il y a en bas de la fiche de paie, explique Jean-Paul Charlez, président de l'association et DRH d'Etam. Et ils sont très sensibles au moindre changement. On l'a vu quand il a fallu fiscaliser la part des entreprises dans la complémentaire santé collective ! »

 

S'ils sont inquiets, c'est qu'en effet, le net de la feuille de paie va vraiment changer pour ceux qui sont imposés. « Pour un collaborateur qui gagne 2 000 € par mois, le net risque d'être amputé (NDLR : selon les cas, les situations familiales — marié ou non, enfants à charge ou non) de 300 à 400 €. Ça va lui faire drôle. Il ne va pas manquer de protester, par exemple de la non-prise en compte de changements récents, et on ne pourra pas lui fermer la porte ! » ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM il y a 3 mois

    Cette "réforme" ne se fera pas. Ce serait une "usine à gaz" de plus. Mais, la raison principale c'est ce sentiment d'appauvrissement soudain, provoquant une vague de demandes fermes d'augmentation.

  • Cambio17 il y a 3 mois

    Nos bulletins de salaires font 2 pages ! On nous ponctionne déjà 23% du Brut hé bien non on nous rajoute encore une ligne ! Trop fort les politiques ! Vous imaginez le casse tête pour une personne en CDD, puis au chômage et à nouveau en intérim, çà va être beau !!!!!!!!!!!!

  • M940878 il y a 3 mois

    ce ne sont pas les DRH des grandes sociétés qui vont trinquer mais les patrons des PME-PMI qui sont déjà noyés sous la paperasserie administrative

  • jmlhomme il y a 3 mois

    Les sales patrons vont encore trinqués. C'est l'Etat qui les devalisent pour leur redonner sous une autre forme en payant des fonctionnaires entre temps pour gerer l'opération. Ils sont trop "betes" pour le faire eux memes via leurs comptes bancaires ....on mettra meme des fonctionnaires qui n'auront plus rien à faire pour leur expliquer la justification de la réforme ( pour l'instant pas un seul fonctionnaire en moins n'est annoncé par Bercy....et pour cause ils n'ont pas le droit de licencier

  • frk987 il y a 3 mois

    Allons au plus simple, la boutique verse les salaires à l'Etat et l'Etat vous distribue des bons d'alimentation, l'objectif final de cette ânerie.

  • frk987 il y a 3 mois

    A travail égal, salaire variant du simple au double, bonjour l'ambiance.