Prélèvement à la source : l'État gagnant mais le citoyen perdant

le
32
François Hollande a donné mercredi en conseil des ministres son feu vert pour l?instauration du prélèvement à la source à compter de 2018.
François Hollande a donné mercredi en conseil des ministres son feu vert pour l?instauration du prélèvement à la source à compter de 2018.

François Hollande a donné mercredi en conseil des ministres son feu vert pour l?instauration du prélèvement à la source à compter de 2018. Une date qui n?est pas choisie au hasard, car elle reporte la réforme après l?élection présidentielle de 2017. Une manière d?éviter l?impopularité des couacs qu?entraînera inévitablement cette réforme. La mise en place du prélèvement à la source est, en effet, faussement simple et le contribuable sera perdant.

Aujourd?hui, les Français disposent d?un délai entre la perception de leurs revenus et le paiement de l?impôt afférent. Un temps qui permet à chacun de profiter de son argent, voire de le placer et de générer ainsi de nouveaux revenus. Avec le prélèvement à la source, au contraire, le citoyen sera taxé immédiatement à son taux marginal d?imposition et ce n?est qu?un an plus tard, au moment de la déclaration correctrice, que Bercy tiendra compte de ses déductions ou réductions d?impôt, de son changement de situation familiale... Le contribuable fera l?avance à l?État, ce qui n?est pas pour déplaire à celui-ci.

Le prélèvement à la source aura –? et c?est plus grave pour l?activité économique –? un effet récessif. Le citoyen aura le sentiment de percevoir moins chaque mois, ce qui le conduira, au moins les premières années, à dépenser moins. La France peut-elle aujourd?hui se permettre de tarir la consommation, support de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gdream le vendredi 26 juin 2015 à 19:15

    Une assurance pour le risque santé au 1er euro, c'est de l'ordre de 250-300 EUR, certes, pas en France

  • janaliz le vendredi 26 juin 2015 à 17:05

    C'est une utopie totale. Ce qui est la marque de fabtique des sos.

  • M2711013 le vendredi 19 juin 2015 à 11:34

    parcequ'elle est facultative, alors qu'un régime obligatoire permet à ceux qui en ont besoin de profiter des cotisations de tous... Si j'attends d'être malade pour cotiser, je vais payer non plus 17 ou 20% à la Sécu, mais 50 ou 55% !!! et je vous parle pas de la complémentaire....

  • M2711013 le vendredi 19 juin 2015 à 11:32

    Il est bien votre raisonnement frk 987, sauf que si on l'applique, les cotisations couvriront à peine les frais de gestion, et seront bien supérieures à votre salaire... c'est pour ça que l'on a créé la solidarité ! pourquoi croyez vous que la capitalisation rapporte si peu ?

  • frk987 le vendredi 19 juin 2015 à 10:25

    Ben voui, un fervent libéral que je suis, chacun assume sa vie, ses problèmes, cotise pour ce qu'il veut au juste prix, qu'il y ait un volet "aides sociales obligatoires", ma foi on n'est pas des chiens mais stop à l'étatisme qui se mêle uniquement des choses ne le concernant pas en étant incapable de gérer son rôle primordial : armée, police, justice....tout le reste c'est de l'utopie communiste.

  • frk987 le vendredi 19 juin 2015 à 10:19

    Exemples d'Esc.oqueries flagrantes : faire cotiser une femme ménopausée pour le risque maternité, faire cotiser un célibataire sans famille sur le capital décès, faire cotiser un célibataire sur l'assurance veuvage, faire cotiser un cancéreux en fin de vie sur la retraite...etc...Chacun devrait être libre de cotiser pour ce qui lui semble utile et ce n'est certainement pas à l'employeur de faire la collecte des cotisations et des impôts.

  • frk987 le vendredi 19 juin 2015 à 10:05

    Je prétends que le rôle d'un employeur est de payer le salaire BRUT, libre à tous les salariés de cotiser ce à quoi leur semble bon et de payer leurs impôts sur des sommes réellement perçues et non pas sur une supposition qui est un acompte qui sera ou ne sera PAS versé par l'entreprise.

  • frk987 le vendredi 19 juin 2015 à 09:58

    Et puis un détail dire de rire : combien de salariés découvrent au moment de leur liquidation de retraite que leur employeur en faillite n'a pas payé une ou deux années de cotisation....qui se fait refaire ?? Pour les impôts ce sera la même chose, un employeur en faillite ne versera pas un centime sur les impôts de ses salariés.... L''Etat va faire cadeau ou pas ???????

  • M2711013 le vendredi 19 juin 2015 à 09:56

    En fait ils veulent simplifier, mais aucun n'a osé penser à la solution la plus simple : la SUPPRESSION de l'IR ! le manque à gagner sera comblé par une hausse modique du taux de la TVA et on relance la consommation des classes moyennes, les seules qui puissent relancer la croissance !

  • M3366730 le jeudi 18 juin 2015 à 19:51

    https://www.boursorama.com/actualites/impots-a-la-source-2018-annee-blanche-faut-pas-rever-045d96c2fe26502721f9c2460e35943f