Préavis de grève national des éboueurs le 12 mai

le
0
Préavis de grève national des éboueurs le 12 mai
Préavis de grève national des éboueurs le 12 mai

Les agents chargés de la collecte et du traitement des déchets sont appelés à se mettre en grève le 12 mai dans toute la France par la CGT pour réclamer notamment une meilleure prise en compte de la pénibilité.

Eboueurs, balayeurs, chauffeurs, agents de tri et de traitement des déchets sont invités à participer à ce mouvement national reconductible qui pour la première fois concerne les salariés du privé et les agents publics, a indiqué la CGT, majoritaire dans la filière, au cours d'une conférence de presse.

Des préavis ont été déposés auprès du ministère du Travail et du ministère de la Fonction publique par la fédération CGT des services publics et celle des transports, ainsi que dans certaines entreprises privées.

Un mouvement qui sera visible, selon la CGT

Le secrétaire général de la fédération CGT transports, Jérôme Vérité estime que le mouvement pourrait avoir des conséquences pour la population. «Quand je vois le nombre de préavis, je pense que le 12, les Français risquent de voir qu'on ne ramasse pas les poubelles», a-t-il ainsi déclaré au cours de la conférence de presse.

«Tout le monde s'accorde à dire que ces métiers sont pénibles et peu gratifiants, mais ils sont essentiels au bien-être de tous. Ces travailleurs sont là quotidiennement pour faire en sorte que les 372 kilos de déchets produits par an et par chaque habitant de notre pays soient ramassés, collectés et traités», écrit la CGT dans son préavis de grève.

Départ en retraite anticipé et revalorisation salariale

Le syndicat, qui rappelle qu'une étude a montré que les professionnels de la branche ont «5 ans et demi d'espérance de vie en moins» que les cadres ou les administratifs réclame «un départ anticipé en retraite entre 5 et 10 ans selon l'exposition», une «réduction du temps de travail pour les travaux insalubres» ainsi qu'une «revalorisation salariale».

Selon la CGT, la filière compte ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant