Prasquier : «l'acte d'un terroriste endoctriné»

le
0
Pour le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), la piste des islamistes n'a jamais été exclue.

«Nous n'avions jamais écarté la possibilité que le tueur soit un islamiste. Cela avait une cohérence avec les cibles, les militaires français et des enfants juifs. Bien sûr, cette hypothèse était moins consensuelle pour l'opinion que la piste de l'extrême droite. On se rassemble, on s'indigne plus facilement et notamment dans les médias, si les criminels présumés sont des néonazis. Il y a une difficulté à penser l'islamisme, à le dénoncer. Et aujourd'hui, alors que nous avons rendez-vous avec nos amis musulmans à l'Elysée à 9h30, je maintiens coûte que coûte la distinction entre les musulmans, qui comme les juifs et les catholiques et toutes les confessions sont légitimes, et les islamistes. Qu'ils soient salafistes ou en costume cravate, iis représentent un danger.

Dans le cas de la tuerie de Toulouse, il s'agit d'un terroriste, endoctriné en Afghanistan. Il est difficile d'avoir prise sur ces fanatiques. Mais autour, tout une nébuleuse est influencée par l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant