Praet (BCE): Une souplesse parfois nécessaire sur le dispositif ELA

le
0

BERLIN, 16 février (Reuters) - Le dispositif de liquidité d'urgence dont bénéficient les banques grecques est temporaire mais il faut rester souple sur sa durée en cas de crise systémique, déclare l'économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE) Peter Praet dans une interview parue lundi. Ce dispositif, connu sous le sigle ELA (Emergency Liquidity Assistance), a été autorisé le 4 février par la BCE lorsqu'elle a décidé de ne plus accepter les obligations d'Etat grecques en garanties de ses opérations de financement, tarissant de fait une source importante de liquidités pour les banques grecques. L'ELA, déclare Peter Praet au quotidien portugais Jornal de Negocios, "ne peut qu'être que temporaire et ne peut qu'être donné aux banques solvables". Mais, ajoute-t-il: "Quand il y a une crise systémique, on peut avoir besoin de flexibilité en termes de durée." Privées de liquidités, les banques grecques risqueraient alors de s'effondrer, ce qui pourrait à son tour pousser la Grèce, paralysée financièrement, hors de la zone euro. Prié de dire si un pays privé de l'ELA pourrait alors sortir de l'union monétaire, Peter Praet, qui est membre du directoire de l'institution de Francfort, répond: "L'ELA est fournie aux banques, pas aux pays. Et je ne commenterai pas des scénarios spéculatifs. Nous ne sommes pas dans cette situation." (Paul Carrel; Bertrand Boucey et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant