PPR veut faire de Christopher Kane une marque mondiale

le
0
PPR PREND 51% DE CHRISTOPHER KANE
PPR PREND 51% DE CHRISTOPHER KANE

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Le groupe PPR, qui vient de prendre une participation majoritaire dans la marque de prêt-à-porter de luxe Christopher Kane, ambitionne d'en faire une marque mondiale.

Le groupe français, propriétaire de Gucci, Saint Laurent ou Bottega Veneta pour ses activités dans le luxe, et de Puma ou Volcom dans la mode sportive, a annoncé mardi matin avoir acquis 51% de la société créée en 2006 par le jeune designer écossais.

Le montant de l'opération n'a pas été communiqué, mais des analystes évoquent une valorisation d'environ 20 millions d'euros pour 100% de l'entreprise, dont les ventes seraient inférieures à 10 millions d'euros.

Bien que modeste, cette opération s'inscrit dans la stratégie de PPR de procéder à des acquisitions ciblées de petites marques que le groupe pense pouvoir développer.

Cette acquisition s'ajoute à celle du joaillier Queelin, racheté en décembre et promis à un important développement en Chine.

PPR, qui ne fait pas mystère de vouloir étoffer son portefeuille encore modeste dans les montres et la joaillerie (Boucheron, Girard-Perregaux, JeanRichard), a jugé trop élevé le prix réclamé par Harry Winston Group pour sa division de luxe, finalement vendue à Swatch, a-t-on appris de source proche du dossier.

Pour François-Henri Pinault, PDG de PPR, "Christopher Kane bénéficie déjà d'une solide réputation dans l'univers du luxe et dispose d'un formidable potentiel de croissance organique".

Avec Christopher Kane, PPR ambitionne donc de réitérer le succès de ses marques Stella McCartney ou Alexander McQueen, dont les ventes ont été plus que décuplées en dix ans pour franchir aujourd'hui la barre des 100 millions d'euros.

DÉVELOPPEMENT DES ACCESSOIRES

"Le groupe PPR a une solide expérience dans le développement de ses marques et nous entendons bien répliquer ces succès", a déclaré Alexis Babeau, directeur général adjoint du pôle luxe de PPR, lors d'une conférence téléphonique.

Méconnu en France, Christopher Kane, 30 ans, est la coqueluche du monde de la mode en Angleterre, et le styliste est régulièrement encensé par la critique lors des fashion weeks londoniennes.

La marque, diffusée dans environ 200 points de vente dans le monde, réalise aujourd'hui encore la moitié de son chiffre d'affaires en Grande-Bretagne, a précisé Alexis Babeau.

Une première boutique en propre pourrait ouvrir à Londres l'an prochain, a-t-il ajouté.

Le développement de la griffe passera aussi par un étoffement de son offre, notamment dans les accessoires qui comptent pour seulement 4% de ses ventes.

"Le nouveau PPR prend forme", commentent les analystes d'Aurel BGC dans une note. "Le management multiplie les initiatives depuis plusieurs mois (vente par appartement de Redcats, spin-off de Fnac, reprise en main de Puma, petites acquisitions ciblées dans le luxe...) afin d'accélérer le recentrage du groupe."

"La cession progressive des activités retail devrait favoriser la poursuite du re-rating en cours de PPR", ajoutent-ils.

A la Bourse de Paris, l'action PPR progresse de 1,14% à 151,10 euros à 12h50, soutenue comme les autres valeurs du luxe par les chiffres jugés solides de Burberry, publiés dans la matinée, alors que l'indice CAC 40 affiche un repli de 0,07%.

Avec Blandine Hénault, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant