PPR devrait faire une annonce sur Redcats avant le 25 octobre

le
0
PPR DEVRAIT FAIRE UNE ANNONCE SUR LA CESSION DE REDCATS AVANT LE 25 OCTOBRE
PPR DEVRAIT FAIRE UNE ANNONCE SUR LA CESSION DE REDCATS AVANT LE 25 OCTOBRE

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - PPR devrait faire une annonce sur la cession de sa filiale de vente à distance Redcats avant la présentation de son chiffre d'affaires du troisième trimestre prévue le 25 octobre, a déclaré jeudi son PDG François-Henri Pinault.

A l'occasion d'une présentation de presse, il a réaffirmé que le groupe français de luxe et de distribution disposait d'un très fort potentiel à long terme pour ses marques de luxe (Gucci, Balenciaga, Bottega Veneta, Yves Saint Laurent, entre autres) et de mode sportive (Puma, Volcom) grâce à la croissance des pays émergents et que le groupe allait "se bâtir à 80%" sur sa croissance organique.

PPR s'était fixé en février pour objectif de tripler ses ventes d'ici à 2020 pour atteindre un chiffre d'affaires de 24 milliards d'euros.

Les responsables de PPR se sont en revanche refusés à toute indication sur l'évolution des ventes du groupe au cours de l'été, alors que certains analystes estiment que Gucci, la marque phare de son pôle luxe, pourrait avoir accusé un ralentissement plus marqué que prévu de sa croissance en Chine.

Prié de dire quand précisément l'annonce sur Redcats interviendrait, François-Henri Pinault a répondu, en marge de la présentation : "Sans doute avant le 25 octobre."

Il s'est en revanche refusé à préciser si cette filiale mise en vente depuis plus d'un an serait vendue en totalité ou en partie.

Des sources bancaires ont évoqué plusieurs scénarios ces dernières semaines, notamment celui d'une cession par morceaux, séparant les activités américaines de la société.

LUXE "ACCESSIBLE"

François-Henri Pinault a également indiqué que PPR, qui est à la recherche d'une acquisition d'une marque de luxe en Chine, poursuivait "des pistes", mais qu'il n'y avait pour l'instant "rien de concret".

PPR, qui cible des acquisitions de taille moyenne susceptibles de compléter son portefeuille de marques sans les concurrencer de façon frontale, ne fait pas mystère de son intérêt pour la joaillerie ou l'horlogerie, ou pour une marque de luxe dit "accessible".

Son PDG a précisé n'être intéressé ni par le groupe Sandro-Maje-Claudie Pierlot, qui pourrait voir son tour de table modifié, ni par Lacoste, en plein conflits familiaux.

Concernant la coentreprise dans le commerce électronique constituée avec l'italien Yoox, Jean-François Palus, directeur général délégué, a affirmé que la marque Gucci pourrait intégrer la plate-forme lorsque cette dernière aurait atteint "son plein potentiel".

Dans ses objectifs 2020, PPR prévoit d'atteindre 1,0 à 1,2 milliard de chiffre d'affaires sur internet (soit 5% de ses ventes totales), contre environ 50 millions aujourd'hui.

Dans un premier temps, ce sont Sergio Rossi, Bottega Veneta et Stella McCartney - avant la fin de l'année - qui auront basculé sur la plate-forme Internet de Yoox, avant Yves Saint Laurent, Alexander McQueen et Balenciaga en 2013.

Interrogé sur les réformes fiscales en cours d'élaboration en France, François-Henri Pinault s'est montré très inquiet des projets ciblant le capital et les dividendes.

"En période de crise structurelle forte, je me demande si l'idéologie politique reste la meilleure solution", a-t-il dit.

En Bourse, à 16h45, l'action Yoox prenait 2,5% à Milan, tandis qu'à Paris PPR avançait de 0,7% dans un marché en léger repli.

Avec Matthieu Protard, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant