PPR à l'heure des bilans

le
0
DR
DR
(lerevenu.com) - Le nouveau nom de Kering sera le symbole de la transformation du groupe que le fils de François Pinault aura menée depuis huit ans. Le bilan n'est pas honteux. Les actionnaires devront aussi approuver la scission de la Fnac et les modalités de son introduction en Bourse.

La division luxe s'est renforcée, grâce à une bonne gestion et des acquisitions prudentes. Dans le même temps, PPR a réussi à céder presque toutes ses filiales de distribution, et plutôt à bon prix. Ainsi la décote de conglomérat s'est réduite, et le cours de Bourse a progressé.

Mais Kering aura aussi plusieurs défis à relever. Le premier d'entre eux sera le redressement de Puma, dont les parts de marché et les résultats chutent. L'enjeu est de taille. Si les écarts de performance continuent de se creuser entre luxe et sport, la décote de conglomérat pourrait à nouveau plomber l'action.

Il est trop tôt pour revenir à l'achat : conserver.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant