Poweo : Résultats annuels 2010

le
0

Communiqué

Un exercice marqué par les pertes du pôle Commerce et la montée en puissance de la branche Production, séparée du Groupe début 2011 dans la perspective de la réforme en cours du marché de l’électricité

· Chiffre d’affaires de 696,3 M€, en progression de 23,3%, dont 185,0 M€ provenant de la branche Production

· Excédent brut opérationnel légèrement négatif à hauteur de 6,7 M€, malgré la contribution positive de 34,4 M€ des actifs de production d’électricité

· Perte opérationnelle de 146,2 M€, incluant des charges non récurrentes de 92,6 M€, et conduisant à une perte nette – part du Groupe de 133,4 M€

· Réduction de plus d’un tiers des coûts de gestion du parc client, amélioration sensible des indicateurs qualitatifs (baisse régulière des taux

de résiliation)

· Cession début 2011 de la branche Production, avec option de rachat, afin de donner au Groupe les moyens d’accompagner la nouvelle dynamique des activités de commercialisation espérée de la loi NOME

· Elaboration en cours d’une stratégie de croissance en 2 phases, sous réserve de conditions d’application satisfaisantes de la loi NOME

POWEO, 1er opérateur indépendant d’électricité et de gaz, présente les principaux éléments de ses résultats consolidés pour l’exercice 2010 :



(1) Résultat avant amortissements et provisions, produits et charges financiers, impôt sur les sociétés

(2) Résultat avant produits et charges financiers, impôt sur les sociétés

NB : Les procédures d'audit sur les comptes consolidés ont été effectuées. Le rapport de certification sera émis après vérification du rapport de gestion et finalisation des procédures requises pour la publication du rapport financier annuel.

Un chiffre d’affaires 2010 porté par la contribution des actifs de production

POWEO a réalisé en 2010 un chiffre d’affaires de 696,3 millions €, en hausse de 23,3% comparé à l’exercice 2009. Cette croissance provient pour l’essentiel de la contribution des actifs de production opérés par le Groupe POWEO, à savoir le CCGN (Cycle Combiné au Gaz Naturel) de 412 MW de Pont-sur-Sambre, et les actifs utilisant les énergies renouvelables soit une capacité en opération de 105 MW à fin 2010. Ces actifs ont représenté un chiffre d’affaires en 2010 de respectivement 169,7 millions € (contre 45,1 millions € en 2009) et 15,3 millions € (contre 13,0 millions € en 2009).

Les ventes d’électricité ont enregistré une évolution contrastée selon les segments, avec une progression significative des ventes aux clients particuliers et professionnels et une réduction des volumes vendus aux opérateurs de réseaux et autres contreparties de marché, conduisant à un recul global de 15,2 % comme détaillé dans le tableau ci-après :



(1) Sites clients particuliers ou professionnels dont la consommation est estimée selon des profils-types et périodiquement régularisée sur la base de relevés réels

(2) Sites clients professionnels ou industriels ayant une consommation significative et bénéficiant d’un relevé en temps réel de leur consommation

La forte hausse des ventes aux clients particuliers comparée à l’exercice précédent (+33,1%) reflète l’extension progressive de la base clients enregistrée tout au long de l’année 2009 qui ne s’est traduite en année pleine qu’à compter de 2010. Ce phénomène a permis de compenser l’érosion de 5,1% du parc de sites clients consommateurs d’électricité enregistrée en 2010 suite à l’arrêt volontaire de la politique d’acquisition clients du Groupe, et ce dans l’attente de la réforme en cours du marché de l’électricité (cf. paragraphe dédié). La consommation des sites profilés a par ailleurs été favorisée au 1er trimestre 2010 par des conditions climatiques particulièrement froides.

Les ventes de gaz enregistrent pour leur part une progression globale de 10,1%, en dépit d’un recul de 9,2% du parc de sites clients consommateurs de gaz en 2010, et ont également été soutenues par l’extension progressive de la base clients en 2009 ainsi que par les conditions climatiques favorables constatées en début d’exercice 2010 :

(1) Sites clients particuliers ou professionnels dont la consommation est estimée selon des profils-types et périodiquement régularisée sur la base de relevés réels

(2) Sites clients professionnels ou industriels ayant une consommation significative et bénéficiant d’un relevé en temps réel de leur consommation

Enfin la contribution de l’activité Energy Management a atteint un montant global de 12,6 millions € contre une perte de 12,7 millions € en 2009. Les prix à terme de l’électricité, qui avaient fortement baissé au 1er trimestre 2010, ont progressé par la suite sans revenir toutefois à fin décembre 2010 à leur niveau de fin 2009, entraînant une perte nette sur la période de 7,4 millions €. Par ailleurs les optimisations réalisées sur le portefeuille gaz, qui ont notamment porté sur le contrat d’approvisionnement qui avait entraîné la constatation d’une charge de 23 millions € à fin 2009, ont contribué à dégager un gain net global de 19,8 millions € en 2010 sur le portefeuille gaz. Enfin les opérations sur pétrole et CO2 ont permis de réaliser une marge nette de 0,2 millions € en 2010.

Des dépréciations et pertes de valeur qui ont lourdement pesé sur le résultat opérationnel

La marge brute consolidée s’élève à 68,1 millions € en 2010, contre 41,4 millions € en 2009, soit une progression de 64,4% à comparer avec la progression du chiffre d’affaires de 23,3%. Cette hausse significative provient principalement de la contribution des actifs de production dont la marge brute s’établit à 63,1 millions € en 2010 contre 26,3 millions € en 2009, avec un effet de base favorable puisque la centrale de Pont-sur-Sambre n’est entrée en service que fin septembre 2009.

La marge brute des activités Commerce s’établit à 7,1 millions € en 2010, contre 26,8 millions € en 2009. Malgré la progression des ventes, la marge brute s’est en effet dégradée en raison de coûts d’approvisionnement en énergie en hausse constante; ce phénomène, ajouté à la quasi-stabilité des tarifs réglementés de vente, explique le ciseau tarifaire auxquels sont confrontés les nouveaux entrants

sur le marché français et l’absence de concurrence possible face aux opérateurs historiques dans les conditions réglementaires actuelles.

Les charges d’exploitation nettes des autres produits d’exploitation se sont élevées à 74,8 millions €en 2010, contre 65,6 millions € en 2009 qui comprenaient cependant une indemnité de 24,5 millions € perçue en compensation du retard de mise en service de la centrale de Pont-sur-Sambre.

Parmi ces dépenses d’exploitation, les charges de personnel sont en diminution sensible, à 24,2 millions € en 2010 contre 29,3 millions € en 2009. En fin d’année 2009, une adaptation de la structure de POWEO avait été mise en place pour faire face aux pertes opérationnelles et au nouveau retard de la mise en œuvre de la loi NOME, les effectifs et la masse salariale ont donc fortement baissé en 2010. La hausse des coûts de maintenance des actifs de production, qui sont passés de 4,5 millions € en 2009 à 14,0 millions € en 2010, est liée au fonctionnement en année pleine de la centrale de Pont-sur-Sambre. Les dépenses de marketing et communication ont été réduites pour leur part à un montant très faible, à savoir 1,5 millions € en 2010 contre 3,3 millions € en 2009. Au final l’excédent brut opérationnel est resté négatif à hauteur de 6,7 millions € en 2010, ce qui représente malgré tout une nette amélioration comparé à la perte de 24,1 millions € enregistrée en 2009.

Avec une perte de 146,2 millions € en 2010 contre une perte de 85,3 millions € en 2009, le résultat opérationnel de POWEO a en revanche été de nouveau lourdement impacté par des éléments non récurrents, qui ont porté les dotations aux amortissements, provisions et autres produits et charges de 61,2 millions € en 2009 à 139,5 millions € en 2010. Cette forte augmentation est principalement liée à la comptabilisation d’un ensemble de charges non récurrentes à hauteur de 92,6 millions € (dont 4,4 millions € ayant impacté directement le chiffre d’affaires), qui se décomposent de la manière suivante :

· Le projet ‘Gaz de Normandie’ (21,4 millions €) : la convention de réservation de terrain signée avec le Port Autonome du Havre n’ayant pas été renouvelée, le projet de terminal méthanier est arrêté en l’état ; POWEO a donc totalement déprécié dans ses comptes la valeur comptable de sa filiale ‘Gaz de Normandie’ ;

· les actifs de petite hydraulique portés par la filiale SEEG (2,9 millions €) : diverses difficultés d’exploitation ont entraîné une révision à la baisse des performances attendues, conduisant à la constatation d’une perte de valeur de ces actifs en préalable à la cession de SEEG intervenue fin décembre 2010 ;

· les coûts d’acquisition des clients profilés (12,0 millions €) et les coûts de développement informatiques immobilisés relatifs à l’activité de distribution d’énergie aux clients profilés (16,4 millions €) : ces actifs incorporels ont été intégralement sortis du bilan en date du 31 décembre 2010, compte tenu de l’absence de mise en œuvre effective de la réforme du marché de l’électricité à cette date ;

· Les actifs et projets éoliens (32,0 millions €) : compte tenu d’un contexte d’activité qui s’est durci en 2010 (allongement des délais administratifs, modifications relatives au tarif de revente de l’énergie produite) et d’une révision à la baisse des productibles estimés pour certains projets, POWEO a comptabilisé une perte de valeur sur les actifs corporels et incorporels relatifs à ses actifs et projets éoliens. Ces actifs font partie intégrante du périmètre de POWEO Production, qui était détenue à 60% par POWEO SA au 31 décembre et a été cédé en février 2011 à VERBUND (cf. paragraphe dédié) ;

Les créances à recevoir portant sur les clients profilés (7,9 millions €) : au cours du deuxième semestre 2010, POWEO a passé en revue ses méthodes d’évaluation du chiffre d’affaires sur les clients profilés, et analysé la différence entre les volumes facturés aux clients et ceux réellement soutirés qui ne sont connus qu’après relève par le gestionnaire du réseau ; à l’issue

· de cette analyse, le Groupe a décidé de comptabiliser une dépréciation de ces créances à recevoir à hauteur de 3,5 millions €, estimant que la probabilité de facturer les volumes correspondants était faible. Ces travaux de rationalisation ont également fait apparaître une surévaluation des factures à émettre qui a conduit à ajuster le montant de chiffre d’affaires à hauteur de 4,4 millions €.

Compte tenu de leur nature, la grande majorité de ces charges n’ont pas eu d’impact en fin d’année sur la trésorerie. La décomposition de l’excédent brut opérationnel par branche, qui n’est pas impacté par ces charges non récurrentes, révèle de profondes disparités entre les activités :

· les activités Commerce restent structurellement lourdement déficitaires, avec un excédent brut opérationnel négatif de 23,9 millions € en 2010, contre une perte de 16,7 millions € en 2009 ;

· la contribution des activités de Production est en progression très sensible grâce au développement de la puissance installée, avec un excédent brut opérationnel positif de 34,4 millions € en 2010 contre 15,8 millions € en 2009 ;

· les activités Négoce & Optimisation passent d’un excédent brut opérationnel négatif de 15,8 millions € en 2009 à une perte de 7,5 millions € en 2010.

Après prise en compte d’une charge financière nette de 18,2 millions € contre 7,7 millions € en 2009, imputable notamment à la mise en service de la centrale de Pont-sur-Sambre dont les coûts de financement étaient capitalisés en 2009, et d’un produit d’impôt de 14,4 millions € contre une charge d’impôt de 0,9 millions € en 2009, la perte nette consolidée s’établit à 150,1 millions € en 2010, contre une perte de 93,9 millions € en 2009.

La perte nette consolidée - part du groupe s’établit à 133,4 millions € pour l’exercice 2010, après prise en compte d’une perte imputable aux intérêts minoritaires de 16,7 millions € constituée notamment de la quote-part de la perte de Gaz de Normandie revenant à son actionnaire minoritaire.

Une situation financière dégradée par les pertes 2010, mais avant prise en compte de la cession de la branche Production intervenue début 2011

En ce qui concerne les flux de trésorerie, la marge brute d’autofinancement s’est établie à -22,5 millions € en 2010, contre -22,1 millions € en 2009. Compte tenu d’une variation du besoin en fonds de roulement positive de 12,7 millions € et d’une augmentation des appels de marge et dépôts de garantie de 3,1 millions €, les flux nets de trésorerie générés par l’exploitation sont déficitaires de 12,9 millions € en 2010, contre une contribution nette de 84,5 millions € en 2009, exercice au cours duquel POWEO avait notamment bénéficié d’encaissements importants au titre du TarTAM.

Les flux de trésorerie liés aux opérations d’investissement ont représenté un flux net d’investissement de 163,9 millions € en 2010, principalement constitué des premiers investissements sur la future centrale thermique de Toul et du développement du parc d’actifs d’énergies renouvelables, avec la mise en service du parc éolien d’Auxois Sud, contre 113,4 millions € en 2009.

Les flux de financement ont conduit un encaissement net de 107,1 millions € en 2010, contre un encaissement net de 125,2 millions € en 2009. Pour faire face à des besoins de trésorerie importants, POWEO avait utilisé en fin d’année 2010 deux lignes de financement à court terme pour un montant total d’environ 40 millions €. Ces lignes ont été intégralement remboursées en février 2011 suite à la cession de la participation de 60% dans POWEO Production pour un montant de 120 millions € (cf. paragraphe dédié).

Compte tenu d’un flux global de trésorerie négatif de 69,7 millions €, la trésorerie brute consolidée du Groupe POWEO s’élève à 97,2 millions € au 31 décembre 2010. Le montant des dettes financières

s’établit à 434,6 millions € au 31 décembre 2010, constituées pour la majeure partie de financements de projet à long terme liés aux actifs de production et portés par des filiales dédiées à chaque projet. Les fonds propres consolidés s’élevaient pour leur part à 128,0 millions € à la fin 2010, dont 77,2 millions € pour les intérêts minoritaires.

Parc de sites clients stabilisé et forte baisse des coûts de gestion

En ligne avec sa stratégie d’attente et d’optimisation de ses activités de commercialisation d’énergie, mise en œuvre compte tenu des délais constatés dans l’élaboration de la réforme du marché de l’électricité, POWEO a maintenu tout au long de l’année 2010 un niveau de recrutement client modeste comparé à la forte croissance enregistrée en 2009.

Dans ce contexte le parc de sites clients actifs, net des résiliations, a enregistré un recul modéré de 6,2% en 2010, pour s’établir à 385 800 sites actifs au 31 décembre 2010 contre 411 400 fin 2009, selon la décomposition suivante :



Cette évolution s’inscrit dans un contexte réglementaire anti-concurrentiel sur le marché français, qui est bien illustré par la quasi-stabilité du nombre de clients résidentiels qui ont choisi une « offre de marché » au 4ème trimestre 2010 : selon les données publiées par la Commission de Régulation de l’Energie, ils n’ont été que 7 000 sur un total de plus de 30 millions de sites de consommation.

En dépit de ce contexte adverse, POWEO a maintenu ses efforts en termes de service client tout en s’attachant à réduire significativement ses coûts de fonctionnement. Les coûts complets de gestion de la base clients ont ainsi été réduits de 33% pour les clients particuliers, et de 40% pour les clients professionnels, en 2010 par rapport à l’année précédente. Les taux de résiliation ont poursuivi leur décrue régulière, comparés aux pics atteints courant 2009, pour descendre sous la barre des 2% par mois en fin d’année 2010 conformément aux objectifs fixés. Enfin les actions qualitatives engagées par le service client ont permis une réduction notable du taux d’appels et des délais de résolution.

Séparation de la branche Production début 2011 pour donner à POWEO les moyens d’accompagner la nouvelle dynamique espérée des activités de commercialisation

POWEO a développé depuis 2005 un portefeuille de projets de capacité de production constitué pour l’essentiel de centrales thermiques de type CCGN d’une part, et d’actifs de production à partir d’énergies renouvelables d’autre part. POWEO Production disposait ainsi à fin 2010 d’un parc installé d’une puissance de 517 MW, dont 412 MW pour la centrale de Pont sur Sambre en service depuis

septembre 2009. La construction d’un 2ème CCGN de 413MW a par ailleurs débuté à l’été 2010 à Toul (Meurthe-et-Moselle), pour une mise en service prévue au 1er semestre 2013.

POWEO vient de finaliser (cf. communiqué du 22 février 2011) la vente à VERBUND, l’opérateur national autrichien qui est actionnaire de référence de POWEO depuis 2006, des 60% de POWEO Production que VERBUND ne détenait pas encore, pour un montant de 120 millions €. VERBUND détient donc désormais 100% de POWEO Production.

POWEO bénéficie jusqu’au 30 juin 2013 d’une option de rachat de sa participation de 60% dans POWEO Production avec un prix d’exercice de 120 millions € plus les charges d’intérêts. En cas de non exercice de cette option de rachat, l’accord prévoit un éventuel complément au prix initial de la transaction sur la base de la juste valeur de marché de POWEO Production à la date considérée.

POWEO considère que cette opération lui permet de dégager les ressources de trésorerie appropriées au regard de ses engagements financiers au moins pour les 12 mois à venir. Le montant net perçu de 120 millions € a été prioritairement affecté au remboursement intégral de ses financements court terme utilisés à hauteur d’environ 40 millions €, et de dettes d’exploitation échues pour un montant d’environ 35 millions €.

Après prise en compte de ces flux de trésorerie, la position de trésorerie nette disponible de POWEO (hors POWEO Production) est supérieure à 60 millions € à mi-mars, indépendamment des ressources de trésorerie mobilisées sous la forme de dépôts de garantie et appels de marge liés aux activités de négoce et optimisation. Il convient de noter que POWEO devra renouveler certaines garanties bancaires arrivant à échéance dans les prochains mois, notamment dans le cadre de ses contrats d’approvisionnement énergétique.

Vers une nouvelle dynamique des activités de commercialisation fondée sur la loi NOME

Suite à la publication de la loi NOME (Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité)en décembre 2010, qui a instauré un accès régulé à la production nucléaire de l’opérateur historique pour les nouveaux entrants (dénommé ARENH), les décrets et arrêtés ministériels sont désormais attendus pour le mois d’avril. Ces décrets détermineront des éléments essentiels de l’activité de POWEO, à savoir le prix d’accès pour les nouveaux entrants à cet approvisionnement en électricité d’origine nucléaire, ainsi que le pourcentage de couverture de la consommation de leurs clients.

POWEO estime que les différentes étapes d’évolution du marché prévues par la loi NOME vont rebattre la compétition entre les acteurs tous les deux ans d’ici 2015 :

· 2011 : une concurrence régulée sur le segment des sites de faible puissance souscrite (particuliers et professionnels) ;

· 2013 : création d’un marché des capacités, pour promouvoir l’investissement dans les moyens de production de pointe en réponse à la croissance structurelle de la demande ;

· Fin 2015 : libéralisation complète du marché des grands comptes électro-intensifs.

Sous réserve que les modalités d’application de la loi NOME délimitent un espace économique suffisant, POWEO entend mettre en place une stratégie de croissance qui s’articulera en 2 phases : une 1ère phase qui tirera avantage de la nouvelle dynamique attendue de la loi NOME pour les activités de commercialisation, et une 2nde phase au cours de laquelle POWEO entend faire ses meilleurs efforts pour reconstituer son modèle intégré en exerçant son option d’achat de POWEO Production.

· Phase 1 : une nouvelle dynamique des activités de commercialisation. POWEO entend devenir le 3ème opérateur sur le marché français à l’horizon 2016, fort de sa capacité démontrée à générer une forte croissance commerciale et à concevoir des offres innovantes liées au déploiement des compteurs communicants ou à l’accroissement de la précarité énergétique. Sa branche Entreprises dispose pour sa part de toute l’expertise nécessaire pour profiter de l’ouverture totale du marché fin 2015 suite à la disparition des tarifs jaunes et verts.

· Phase 2 : le retour espéré sur la production en 2013. Dorénavant séparée de POWEO SA sur le plan capitalistique, POWEO Production a vocation à développer un parc de production thermique constitué des centrales CCGN, avec un objectif de capacité installée de 825 MW en 2013, et le lancement d’un projet de 840 MW supplémentaires. POWEO entend faire ses meilleurs efforts pour exercer son option de rachat d’ici à juin 2013 afin de reconstituer son modèle intégré, ce qui nécessitera toutefois de rassembler au préalable les capitaux nécessaires.

L’activité Négoce & Optimisation restera au cœur de la stratégie d’opérateur intégré de POWEO pour l’optimisation des centrales, notamment dans le contexte de la mise en place d’un marché de capacités. Cette activité contribuera par ailleurs au développement de l’offre aux entreprises, avec des services innovants d’accès au marché.

Les contours et perspectives de POWEO pour les prochaines années seront arrêtés dans les mois à venir, à la lumière des conditions d’application de la loi NOME, et seront communiqués au marché dans les meilleurs délais.

Prochaine publication financière

POWEO publiera son chiffre d’affaires du 1er trimestre 2011 le jeudi 12 mai 2011 avant Bourse.

A propos de POWEO

Opérateur alternatif d’électricité et de gaz en France, POWEO fournit de l’énergie ou des services d’efficacité énergétique et environnementaux à près de 400 000 sites clients. L'action POWEO est cotée en continu sur Euronext Paris, compartiment Alternext (ALPWO / FR0004191674). Pour plus d’informations, merci de consulter le site Internet groupe.poweo.com.

Relations Presse

Ivan Roussin, Directeur de la Communication - ivan.roussin@poweo.com - Tel +33 (0)1 70 60 74 69

Servane Taslé, Citigate – servane.tasle@citigate.fr - Tel +33 (0)1 53 32 78 94

Relations Investisseurs

Patrick Massoni - patrick.massoni@poweo.com - Tel +33 (0)1 70 60 75 09


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant