Poutine voulait-il partager l'Ukraine dès 2008 ?

le
2

(Mise au point de Sikorski, Kopacz, §§ 2, 6, 7) VARSOVIE, 20 octobre (Reuters) - Le président russe Vladimir Poutine a proposé en 2008 au Premier ministre polonais de l'époque, Donald Tusk, de se partager l'Ukraine, à en croire une interview du président du Parlement polonais, Radoslaw Sikorski, diffusée lundi par le site internet américain Politico. Lundi soir, sur son compte Twitter, Radoslaw Sikorski, qui était jusqu'au mois dernier le chef de la diplomatie polonaise, affirme toutefois que certains de ses propos n'ont pas été rapportés avec exactitude. "Certains mots ont été interprétrés de façon exagérée", écrit-il. Selon l'interview diffusée par Politico, Vladimir Poutine a fait cette proposition de partage de l'Ukraine lors d'une visite de Donald Tusk à Moscou il y a six ans. "Il voulait que nous participions à cette partition de l'Ukraine (...) C'est une des premières choses que Poutine a dites à mon Premier ministre, Donald Tusk, quand il s'est rendu à Moscou." Poutine "a continué en disant que l'Ukraine était un pays artificiel, Lwow une ville polonaise et que nous pourrions régler ça ensemble", ajoute Sikorski dans cette interview datée du 19 octobre. Pour Ewa Kopacz, qui a remplacé Tusk comme Premier ministre en septembre, "si une telle proposition a été faite par Poutine, alors c'est scandaleux". "Aucun Premier ministre polonais ne participerait à une chose aussi honteuse que la partition d'un autre pays", a-t-elle dit à la chaîne de télévision TVP. Avant la Seconde Guerre mondiale, la Pologne comprenait des territoires qui sont aujourd'hui dans l'ouest de l'Ukraine, dont plusieurs grandes villes comme Lwow - Lviv en ukrainien. Selon Sikorski, qui accompagnait Tusk à Moscou en 2008, le Premier ministre polonais n'a pas répondu à la proposition de Poutine lors de cette conversation qui était enregistrée. "Mais nous avons très clairement fait savoir que nous ne voulions rien avoir à faire avec ça", a souligné Sikorski. (Wiktor Szary; Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le mardi 21 oct 2014 à 09:56

    Il faut se méfier des propos des polonais : ils sont viscéralement anti-russes.

  • LeRaleur le mardi 21 oct 2014 à 00:10

    Et encore du bashing sur Poutine.