Poutine parle des USA comme de la "seule superpuissance"

le
1
    SAINT-PETERSBOURG, Russie, 17 juin (Reuters) - Les 
Etats-Unis sont sans doute la seule superpuissance mondiale, a 
déclaré vendredi le président russe, Vladimir Poutine, qui s'est 
dit prêt à travailler avec le vainqueur de la présidentielle 
américaine de novembre, quel qu'en soit le lauréat. 
    Ces propos interviennent alors que les relations entre 
Moscou et Washington sont extrêmement tendues en raison 
notamment des divergences entre les deux capitales sur les 
conflits ukrainien et syrien. 
    Vladimir Poutine a fustigé l'ingérence des Etats-Unis dans 
les affaires ukrainiennes et s'est dit opposé aux efforts que 
déploient selon lui les Américains pour empêcher Moscou de se 
réconcilier avec les Européens, ce qui ne l'a pas empêché de 
tresser quelques louanges à l'égard des Etats-Unis. 
    "L'Amérique est une grande puissance, sans doute la seule 
superpuissance au monde à l'heure actuelle. Cela, nous 
l'acceptons", a dit le chef d'Etat à Saint-Pétersbourg, où il 
assistait à un forum économique international. 
    "Nous voulons et nous sommes prêts à travailler avec les 
Etats-Unis." 
    Interrogé sur la perspective de voir le républicain Donald 
Trump s'installer à la Maison blanche en janvier prochain, 
Vladimir Poutine a semblé revenir sur les éloges qu'il avait 
faits de l'homme d'affaires, disant que ses propos avaient été 
mal interprétés. 
    Vladimir Poutine avait qualifié en décembre Donald Trump de 
personnalité "extrêmement flamboyante", "très talentueuse" et de 
"dirigeant inégalé dans la course présidentielle". 
    Ces propos, associés aux déclarations flatteuse prononcées 
par Donald Trump à son égard, avaient laissé supposer que le 
dirigeant russe serait ravi de voir le milliardaire succéder à 
Barack Obama. 
    Vendredi, il ne l'a plus qualifié que de "flamboyant". "Il 
l'est, n'est-ce pas?", a dit Vladimir Poutine en souriant. "Je 
n'ai rien dit d'autre de lui." 
    Le chef du Kremlin a salué la volonté de Donald Trump de 
restaurer les relations entre Moscou et Washington. "Qu'y a-t-il 
de mal à cela?", a-t-il demandé, provoquant un tonnerre 
d'applaudissements. 
    Vladimir Poutine a toutefois assuré que la Russie n'avait 
aucune préférence, rappelant qu'il avait entretenu avec Bill 
Clinton, époux de la candidate démocrate Hillary Clinton, des 
"relations chaleureuses". 
 
 (Christian Lowe, Alexander Winning, Katya Golubkova et Elena 
Fabrichnaya; Nicolas Delame pour le service français, édité par 
Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a 7 mois

    50 % de toutes les dépenses militaires dans le monde le sont par les USA. C'est un fait.