Poutine nie l'attaque et la présence d'armes chimiques en Syrie

le
0
    MOSCOU, 12 avril (Reuters) - Vladimir Poutine a maintenu 
mercredi sa version selon laquelle l'armée syrienne n'a pas mené 
d'attaque au gaz sarin la semaine dernière dans la province 
d'Idlib et assuré que le régime de Bachar al Assad avait 
respecté sa promesse de se débarrasser de son arsenal chimique. 
    Dans une interview télévisée dont le Kremlin a diffusé la 
retranscription, le président russe avance deux explications à 
la mort de 87 personnes par contamination chimique à Khan 
Cheikhoune : soit le bombardement de l'aviation syrienne a 
touché un entrepôt des rebelles -- une explication jugée 
irréaliste par de nombreux experts --, soit l'attaque a été 
purement et simplement inventée. 
    Interrogé sur les relations avec les Etats-Unis depuis que 
Donald Trump est arrivé à la Maison blanche, Vladimir Poutine 
répond : "On peut dire que le niveau de confiance au niveau 
opérationnel, en particulier sur le plan militaire, ne s'est pas 
amélioré mais plutôt détérioré." 
    Le Kremlin a diffusé le script de cette interview au moment 
où le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, entamait 
un entretien avec son homologue américain, Rex Tillerson, visant 
notamment, selon Moscou, à éviter de nouveaux bombardements 
"illégaux" des Etats-Unis en Syrie.   
    Alors que Washington accuse désormais la Russie de chercher 
à "couvrir" le régime de Damas  , le porte-parole du 
Kremlin a jugé "possible" que Vladimir Poutine reçoive le 
secrétaire d'Etat américain plus tard dans la journée de 
mercredi. 
    Dmitri Peskov a ajouté que les appels au départ du président 
syrien Bachar al Assad revenait à "laisser les mains libres aux 
terroristes". 
     
 
 (Andreï Ostroukh; Tangi Salaün pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant