Poutine : «L'Ukraine est un pays frère»

le
0
Poutine : «L'Ukraine est un pays frère»
Poutine : «L'Ukraine est un pays frère»

L'Europe a les yeux tourné vers l'Est depuis quelques semaines. La situation très tendue en Ukraine, et ses relations avec son voisin russe, monopolisent l'attention des chancelleries occidentales. Vladimir Poutine s'exprimait ce jeudi matin sur tous les dossiers qui fâchent, en premier lieu la signature d'un accord levant les obstacles commerciaux entre Kiev et Moscou.

Relations avec l'Ukraine. La Russie aide l'Ukraine en tant que «pays frère et peuple frère», a affirmé Vladimir Poutine. «Nous disons souvent que c'est un peuple frère, un pays frère, alors nous devons agir comme des parents proches et soutenir le peuple ukrainien qui est dans une situation difficile», a précisé le chef du Kremlin, interrogé sur les 15 milliards de dollars et une diminution d'un tiers du prix du gaz accordés, ce mardi, par la Russie à Kiev.

Le président russe a déclaré qu'il serait dans l'obligation de rétablir l'ordre si des manifestations de masse non autorisées se déroulaient en Russie, comme celles qui agitent l'Ukraine. «Toute action, quelle qu'elle soit, doit rester dans le cadre de la loi. Si quelqu'un sort de ce cadre, l'Etat est alors obligé, et je veux le souligner -- il ne s'agit pas d'une volonté politique mais des obligations des organes du pouvoir -- de rétablir l'ordre», a-t-il déclaré d'une voix ferme. «Autrement, un tel développement des événements peut mener au chaos».

VIDEO. La Russie va investir 15 milliards de dollars en Ukraine

Libération d'opposants. Vladimir Poutine s'apprête à signer un décret de grâce de l'ex-magnat du pétrole Mikhaï Khodorkovski, l'un de ses principaux opposants. «Le décret de grâce sera signé très prochainement», a assuré le président russe. Il a expliqué que Khodorkovski, en détention depuis 2003, lui avait adressé une demande de grâce, ce qu'il s'était refusé à faire jusqu'à présent. La loi d'amnistie votée ce mercredi par le parlement russe pourrait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant