Poutine défend la capacité de dissuasion nucléaire russe

le
0

(Actualisé avec déclarations de Poutine, test de missile) MOSCOU, 10 septembre (Reuters) - Vladimir Poutine a insisté mercredi sur la nécessité pour la Russie de conserver sa capacité de dissuasion nucléaire en raison, selon lui, d'un nombre croissant de menaces. Alors que les relations entre Moscou et les pays occidentaux sont au plus bas depuis la fin de la Guerre froide en raison du conflit en Ukraine, le président russe a signé un décret qui place la commission chargée de superviser l'industrie russe de l'armement sous sa responsabilité directe. Vladimir Poutine, qui veut réduire la dépendance de la Russie à l'égard de l'Occident pour limiter l'effet des sanctions, a estimé que l'Otan avait adopté une rhétorique agressive sur l'Ukraine afin de "ressusciter". Moscou ne restera pas sans réaction, a-t-il averti pendant une réunion de responsables du secteur de la Défense au Kremlin. Peu de temps avant son intervention, la Russie avait annoncé avoir testé avec succès son nouveau missile intercontinental Boulava, qui peut être équipé d'une tête nucléaire. Ce vecteur de 12 mètres, dont le nom signifie "massue", doit devenir la pièce maîtresse de l'arsenal russe. Il sera embarqué à bord des sous-marins nucléaires. "Nous devons faire une évaluation fiable et complète des menaces qui pourraient peser sur la sécurité de la Russie. Pour chacune de ces menaces, une réponse suffisante et adéquate doit être identifiée", a déclaré Vladimir Poutine. "En premier lieu, nous parlons de la création d'un éventail complet de capacités d'assaut, dont le maintien (...) de la capacité de dissuasion nucléaire", a-t-il précisé. Insistant sur la nécessité pour la Russie de développer des armes de haute précision, il a cependant ajouté: "Certains veulent peut-être entamer une nouvelle course aux armements. Nous n'allons pas y participer, bien sûr." Moscou prévoit de consacrer 20.000 milliards de roubles (environ 415 milliards d'euros) à la modernisation de son armée, qui reste dépendante du matériel et des technologies hérités de l'ère soviétique. Vladimir Poutine a assuré que la Russie trouverait un moyen de compenser la suspension des importations d'armes en provenance de l'Union européenne et des Etats-Unis. "Nous n'avons pas l'intention de mettre fin délibérément à notre coopération avec nos partenaires étrangers (mais) notre industrie devrait être capable de produire du matériel et des composants absolument essentiels", a-t-il souligné. (Darya Korsunskaya, Jean-Philippe Lefief et Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant