Poutine compterait sur DSK pour défendre les intérêts de la Russie

le
2
Poutine compterait sur DSK pour défendre les intérêts de la Russie
Poutine compterait sur DSK pour défendre les intérêts de la Russie

Dominique Strauss-Khan au service de Vladimir Poutine ? C'est la thèse audacieuse défendue ce vendredi soir par la rédaction de France Inter. Selon la rédaction de la radio publique, «Vladimir Poutine compte aujourd'hui sur l'expertise de Dominique Strauss-Kahn pour réformer l'économie russe et atténuer l'effet des sanctions internationales».

Le processus a commencé quand l'ex-patron français du Fonds monétaire internationale (FMI) est entré en 2013 «au conseil de surveillance d'une banque russe qui dépend du géant pétrolier Rosneft». Une compagnie «aujourd'hui placée sur la liste noire des sanctions européennes», souligne France Inter.

Quel rapport avec le président russe ? Pour un expert interrogé par la radio, cela signifie que DSK a reçu le blanc-seing indispensable de Vladimir Poutine. «Ce n'est pas public, il ne s'affiche pas avec Vladimir Poutine, mais on ne peut pas avoir de siège dans un conseil de surveillance d'une grande entreprise sans l'aval du Kremlin», explique Christopher Dembick, économiste chez Saxo Bank.

«Il peut apporter son expertise»

Et c'est aujourd'hui, à l'heure où la situation économique de la Russie est délicate que la carte DSK devrait servir à Poutine «pour dynamiser son marché intérieur». «Il faut bien comprendre que la Russie a énormément de potentiel mais que son économie est en grande difficulté sur le court-terme. DSK peut donc apporter son expertise», estime Christopher Dembick.

Depuis le scandale du Sofitel de New-York, en 2011, DSK se reconstruit et remonte la pente, discrètement, loin des projecteurs. Il met à profit son carnet d'adresses, ses compétences d'ancien ministre de l'Economie et de patron du FMI, sa réputation d'économiste sérieux pour donner des conférences et agir.

En octobre 2013 Dominique Strauss-Kahn s'est lancé dans une carrière de banquier d'affaires en prenant la tête de la société financière luxembourgeoise Anatevka, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le samedi 20 sept 2014 à 14:00

    Poutine compterait sur DSK pour défendre les intérêts de la Russie. L'idee est bonne mais quelqu'un va l'avoir dans le k.ul

  • unknown9 le mardi 16 sept 2014 à 13:27

    pour l'instant sa société est au tribunal ! un grand "expert" ce DSK... le FMI comme la France s'en rappelle très bien