Poutine assure à Ban Ki-moon qu'il n'envahira pas l'est de l'Ukraine

le
0
Poutine assure à Ban Ki-moon qu'il n'envahira pas l'est de l'Ukraine
Poutine assure à Ban Ki-moon qu'il n'envahira pas l'est de l'Ukraine

Alors que des troupes russes sont massées le long de la frontière continentale avec l'Ukraine, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a indiqué avoir reçu des assurances du Kremlin. «Le président Poutine m'a dit qu'il n'avait aucune intention de mener une quelconque opération militaire», a affirmé le dirigeant des Nations unies. Barack Obama, lui, demande un engagement écrit de son homologue russe.

«Les Nations unies continueront leurs efforts pour calmer le jeu par la diplomatie et la présence d'observateurs des droits de l'homme» en Ukraine, a-t-il ajouté, déplorant la «crise à propos de l'Ukraine» entre la Russie et les Occidentaux. Ces tensions, a-t-il expliqué, monopolisent l'attention de la communauté internationale et l'empêchent de se concentrer sur des problèmes comme le développement durable et le réchauffement climatique.

L'ambassadeur russe Vitali Tchourkine a lui aussi rejeté l'idée d'une invasion russe de l'Ukraine dans la foulée de l'annexion de la Crimée. «Il n'y pas de raison de craindre une initiative russe contre l'Ukraine», a-t-il affirmé en accusant les Occidentaux de «faire monter artificiellement la tension».

Obama demande une réponse écrite

Vladimir Poutine a appelé vendredi son homologue américain pour parler de la proposition américaine de sortie de crise en Ukraine, a annoncé la Maison Blanche. Déjà formulée par les Etats-Unis, celle va faire l'objet de discussions directes entre les chefs de la diplomatie des deux pays, John Kerry et Sergueï Lavrov, a précisé la présidence américaine depuis Ryad où Barack Obama est en visite. Ce dernier a «suggéré que la Russie mette par écrit une réponse» à cette proposition.

Cet appel à l'initiative de Vladimir Poutine était a priori le premier depuis que Washington a imposé de nouvelles sanctions contre de hauts responsables russes ou des proches du président, ainsi qu'une banque. Le président Obama a menacé de s'en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant