Poutine a probablement approuvé l'élimination de Litvinenko-rapport

le , mis à jour à 12:53
1
 (actualisé avec réaction de Moscou, et veuve de Litvinenko) 
    LONDRES, 21 janvier (Reuters) - Le rapport d'enquête 
britannique sur la mort de l'ancien officier du FSB Alexandre 
Litvinenko en 2006 à Londres, rendu public jeudi, conclut qu'il 
a bien été empoisonné par les Russes Andreï Lougovoï et Dmitri 
Kovtoune, et que le président Vladimir Poutine a probablement 
approuvé l'opération visant à l'assassiner. 
    Le rapport du juge Robert Owen indique qu'un antagonisme 
personnel opposait Alexandre Litvinenko, qui avait fui la Russie 
six ans avant de mourir, et le président russe, qu'il critiquait 
ouvertement. 
    Le Kremlin dément toute implication dans la mort de 
Litvinenko, de même qu'Andreï Lougovoï, devenu député, et Dmitri 
Kovtoune. Andreï Lougovoï a jugé "absurdes" jeudi les 
accusations le visant dans ce rapport. 
    Le ministère russe des Affaires étrangères a estimé que le 
rapport d'enquête britannique était "tendancieux et opaque", et 
a accusé Londres d'avoir politisé l'affaire. 
    La façon dont Londres traite l'affaire Litvinenko assombrit 
les relations entre le Royaume-Uni et la Russie, a ajouté le 
ministère. "Nous regrettons que ce qui était une affaire 
purement pénale ait été politisé et assombrisse le climat 
général de nos relations bilatérales", a dit à la presse la 
porte-parole du ministère Maria Zakharova. 
    Le rapport britannique conclut qu'il est hautement probable 
que Lougovoï et Kovtoune aient agi sous les ordres du FSB. 
    Litvinenko, qui avait 43 ans, est mort à l'hôpital fin 
novembre 2006, trois semaines après avoir bu à l'hôtel londonien 
Millenium du thé qui contenait du polonium-210, un isotope 
radioactif. Sur son lit de mort, Litvinenko avait déclaré aux 
enquêteurs que Vladimir Poutine avait personnellement commandité 
son assassinat. 
    "En prenant en compte l'ensemble des éléments et des 
analyses qui sont à ma disposition, je conclus que l'opération 
du FSB visant à éliminer M. Litvinenko a probablement été 
approuvée par M. Patrouchev et également par le président 
Poutine", lit-on dans le rapport d'enquête. Nikolaï Patrouchev 
était le chef du FSB à l'époque de la mort de Litvinenko. 
    "Je peux dire que de façon générale, les membres de 
l'administration Poutine, y compris le président lui-même et le 
FSB, avaient des raisons d'agir contre M. Litvinenko, y compris 
de le tuer fin 2006", lit-on également dans le rapport du juge 
Owen. 
    La veuve de Litvinenko, Marina, a demandé à ce que les 
agents des services de renseignement russes opérant en 
Grande-Bretagne soient expulsés et que des sanctions économiques 
et des interdictions de voyage soient adoptées à l'encontre de 
personnalités, dont Patrouchev et Poutine.  
 
 (Michael Holden; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 il y a 11 mois

    Dossier vide se basant sur des présomptions.