Poussée des djihadistes syriens en territoire kurde

le
0

(Actualisé avec réaction du PKK, § 7) BEYROUTH, 18 septembre (Reuters) - Des combattants de l'Etat islamique se sont emparés d'une vingtaine de villages kurdes dans le nord de la Syrie et ont encerclé la ville d'Aïn al Arab, à la frontière avec la Turquie, ont indiqué jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) et un responsable kurde. Les djihadistes ont utilisé des armes lourdes, des lance-roquettes et des chars lors de leur offensive, a précisé un porte-parole du principal groupe armé kurde, YPG, à Aïn al Arab. La ville, également connue sous le nom de Kobani, est désormais encerclée, a-t-il ajouté. L'OSDH, proche de l'opposition à Bachar al Assad, a indiqué de son côté qu'un "grand nombre de combattants" de l'Etat islamique étaient impliqués dans cette offensive qui a débuté mercredi. "Nous avons perdu le contact avec de nombreux habitants des villages conquis par l'EIIL", a dit à Reuters Ocalan Iso, un commandant des forces kurdes à Kobani, contacté par Skype. Le responsable kurde a évoqué des massacres et l'enlèvement de femmes dans ces villages, mais il n'a pas été possible de vérifier cette information de source indépendante. Les combattants de Kobani ont immédiatement appelé d'autres mouvements kurdes, y compris le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) turc, à leur apporter une assistance militaire "sous quelque forme que ce soit" afin de contenir cette progression des djihadistes. Dans un communiqué, le PKK a appelé à la mobilisation. "La jeunesse du nord du Kurdistan (ndlr, le sud-est de la Turquie majoritairement kurde) devrait aller à Kobani pour prendre part avec honneur à cette résistance historique", dit le mouvement. En juillet, de tels renforts avaient permis de repousser une première offensive de l'EI, qui cherche à étendre son emprise dans la zone située entre la frontière turque et ses bastions de Rakka et Daïr az Zour, dans le nord-est de la Syrie. Dans les régions qu'ils contrôlent, les djihadistes ont par ailleurs dispersé leurs forces et leur matériel en prévision de probables frappes aériennes américaines, a indiqué le directeur de l'OSDH, Rami Abdelrahman, confirmant des témoignages recueillis ces derniers jours. (voir ID:nL6N0RH4Z0 ) Des activistes syriens ont signalé la présence de drones au-dessus de plusieurs villes aux mains de l'EI, dont Rakka, mais aussi Al Bab et Manbidj dans le nord de la province d'Alep. "C'est la première fois qu'on en voit là-bas. L'EI a évacué les bâtiments dont il se servait dans ce secteur", a précisé Rami Abdelrahman. (Tom Perry et Laila Bassam; Pierre Sérisier, Tangi Salaün et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant