Poursuivre WikiLeaks, une tâche qui s'annonce ardue

le
0
Plusieurs pays comme l'Australie et l'Italie sont favorables à des poursuites judiciaires contre le site. Les Etats-Unis étudient depuis fin juillet cette possibilité sans être parvenus à une conclusion.

«Il s'agit d'une violation d'une loi, qui peut faire l'objet de poursuites pénales», s'indignait dimanche le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, quelques heures avant la divulgation par WikiLeaks de milliers de câbles diplomatiques américains. De son côté, l'Australie s'est dit prête lundi à soutenir les Etats-Unis en cas de procès. Une perspective moins simple qu'il n'y paraît. Interrogé lundi, le ministère américain de la Justice a indiqué que des poursuites seraient engagées si des violations de la législation étaient découvertes. Une réflexion sur d'éventuelles poursuites a été entamée fin juillet, avec le lancement par le Pentagone et le ministère de la Justice d'une enquête criminelle, suite à la publication par WikiLeaks de milliers de documents confidentiels sur le conflit afghan. La centaine d'enquêteurs n'est pas encore parvenue à une conclusion.

La marge de manœuvre légale est limitée. Le droit américain comporte en th...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant