Poursuite des manifestations d'une caste en Inde, 16 morts

le , mis à jour à 13:18
0
 (bilan actualisé, extension des manifestations au Rajasthan) 
    NEW DELHI/BAHADURGARH, Inde, 22 février (Reuters) - Le 
mouvement de manifestations déclenché par des membres de la 
caste des Jats dans l'Etat de Haryana, dans le nord de l'Inde, 
s'est poursuivi lundi, paralysant les transports et l'activité 
économique, malgré les concessions faites par le gouvernement 
indien. 
    Les émeutes et les pillages déclenchés les Jats dans cet 
Etat paralysent le trafic routier et ferroviaire et au moins 16 
personnes sont mortes depuis le début des troubles. 
    Plusieurs milliers de soldats ont été déployés pour réprimer 
les émeutes, qui ont repris lundi près de Sonipat, des 
manifestants incendiant un train de marchandises. Au Rajasthan 
voisin, les Jats ont attaqué et incendié plusieurs autobus. 
    Au total, les Jats sont plus de 80 millions dans le nord de 
l'Inde. 
    L'armée indienne a repris le contrôle d'un canal qui fournit 
à la capitale New Delhi les trois cinquièmes de son 
approvisionnement en eau, ce qui lève la menace sur 
l'approvisionnement en eau pour les quelque 20 millions 
d'habitants de Delhi. 
    Les perturbations étaient très importantes lundi dans l'Etat 
de Haryana, avec 850 trains annulés, 500 usines fermées et des 
pertes évaluées à 2,9 milliards de dollars pour les entreprises, 
selon des chiffres fournis par les autorités. 
    Depuis le début des émeutes, des manifestants ont incendié 
des gares et des salles d'exposition automobiles, bloqué le 
trafic routier et perturbé le trafic ferroviaire. Le plus gros 
constructeur automobile indien, Maruti Suzuki  MRTI.N , a mis 
deux usines au chômage technique à cause de la rupture de 
l'approvisionnement en pièces détachées. 
    Dimanche, le gouvernement a cédé à une revendication de la 
caste des Jats en leur accordant un quota de postes dans la 
fonction publique ainsi que des places d'étudiants dans 
l'enseignement supérieur. Pour autant, les leaders de leur cause 
ont annoncé la poursuite du mouvement. 
    "Nous continuerons nos manifestations. Le gouvernement pense 
que nous céderons à sa stratégie de la pression, mais il commet 
une lourde erreur(...)", a déclaré à Reuters Ramesh Dalal, l'un 
des responsables du mouvement Jat Arakshan Andolan. 
    De nouvelles négociations visant à trouver une sortie de 
crise étaient prévues pour ce lundi soir. 
    Le Haryana est un Etat en grande partie rural de 25 millions 
d'habitants, à l'ouest de New Delhi. Les Jats, qui représentent 
un quart de la population de cet Etat, forment une communauté 
rurale qui subit les contrecoups de deux années de sécheresse 
sur la production agricole. 
 
 (Douglas Busvine et Rupam Jain; Eric Faye pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant