Poursuite des discussions marathon sur le nucléaire iranien

le
0

(Actualisé avec Salehi § 13-14) par Lesley Wroughton et Parisa Hafezi LAUSANNE, Suisse, 17 mars (Reuters) - Les délégations américaines et iraniennes emmenées par leurs chefs de la diplomatie respectifs, John Kerry et Mohammad Javad Zarif, poursuivaient mardi en Suisse leurs discussions sur le programme nucléaire de Téhéran au lendemain d'une première journée sans avancée majeure. La délégation iranienne a fait un aller-retour lundi soir à Bruxelles pour discuter avec les ministres des Affaires étrangères des trois pays européens impliqués dans le processus (Allemagne, France et Grande-Bretagne) et la Haute Représentante de l'UE pour la politique étrangère, Federica Mogherini. Des délégués européens devraient se joindre aux délégations américaines et iraniennes mardi à Lausanne. Les ministres des Affaires étrangères pourraient les rejoindre en fin de semaine en cas de percée dans les négociations. Des progrès ont été faits sur les éléments techniques susceptibles de former la base d'un accord, mais des points clés restent à résoudre, a redit mardi un haut responsable américain. "Nous avons vraiment fait des progrès en terme d'identification des options techniques pour chacun des grands domaines", a résumé devant la presse ce responsable sous le sceau de l'anonymat. "Nous avons encore du chemin à parcourir (...). Mais même dans ce domaine, il nous reste des questions difficiles à traiter." Pour qu'il y ait un accord cadre, a-t-il souligné, il faudra qu'il y ait des chiffres. "S'il y a accord, je ne vois pas comment il pourrait être significatif sans comporter certaines dimensions en termes quantitatifs", a-t-il dit. L'Iran et les puissances du P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu Etats-Unis, Russie, Chine, France et Royaume-Uni plus l'Allemagne), veulent s'entendre d'ici la fin du mois sur un accord-cadre puis un accord complet d'ici au 30 juin qui encadrerait les activités nucléaires les plus sensibles de l'Iran pendant au moins dix ans en échange d'une levée progressive des sanctions. Les négociations ont été lancées en 2003. "QUESTIONS TECHNIQUES" Parmi les points à résoudre figurent le niveau d'enrichissement de l'uranium envisageable pour l'Iran et le calendrier et le processus de levée des sanctions imposées depuis 2006 à la République islamique par l'Onu et les Occidentaux. L'objectif du P5+1 est de faire en sorte que l'Iran ne puisse se doter en moins d'un an de la quantité de matière fissile nécessaire à l'éventuelle fabrication d'une bombe atomique. Ce délai, que les experts qualifient de "break-out time", doit permettre aux Occidentaux de préparer une riposte. Aucun détail sur les options en discussion n'a été rendu public mais les experts disent se pencher sur le nombre de centrifugeuses que l'Iran sera autorisé à conserver, sur son stock d'uranium enrichi et sur d'autres restrictions qui pourraient s'appliquer pendant au moins dix ans. "Nous avons accompli des progrès sur des points techniques", a rapporté Ali Akbar Salehi, le directeur de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, qui participe aux discussions. "Une ou deux questions demeurent et doivent être discutées." Selon les médias iraniens, Salehi a assuré qu'il y avait "un accord sur 90% des questions techniques". "Il y a une question très importante sur laquelle nous avons toujours des divergences mais c'est l'objet de nos discussions cet après-midi et nous allons tenter de la régler", a-t-il ajouté sans autre précision. S'adressant à la presse lundi soir à Bruxelles, le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a déclaré que des progrès avaient été accomplis mais que des "points importants" restaient sans réponse. Son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier a déclaré qu'il n'était pas question de conclure un accord "à tout prix". Le calendrier pourrait être perturbé par les fêtes du Nouvel an perse (Norouz), qui débutent samedi. Des responsables proches des discussions ont estimé qu'il pourrait être difficile de parvenir à un accord avant cette date. Les discussions reprendraient alors dans les derniers jours de mars. Les Occidentaux soupçonnent la République islamique de vouloir se doter de l'arme atomique. L'Iran affirme que son programme n'a que des visées civiles. RENVOI Pour retrouver un ENCADRE sur les paramètres des négociations, cliquer sur ID:nL6N0WJ43M (avec Louis Charbonneau; Danielle Rouquié, Henri-Pierre André et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant