Poursuite des combats à Hassaka et Kobani en Syrie

le , mis à jour à 10:52
0

(Actualisé avec détails à Hassaka §6-7 et Kobani §11) BEYROUTH, 27 juin (Reuters) - Des combats ont opposé dans la nuit de vendredi à samedi les djihadistes de l'Etat islamique à la fois à des miliciens kurdes et à des soldats de l'armée gouvernementale autour de la ville stratégique d'Hassaka dans le nord-est de la Syrie, près de l'Irak, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Les islamistes ont lancé en milieu de semaine une offensive contre les zones tenues par les troupes de Bachar al Assad au sud d'Hassaka provoquant le déplacement de 120.00 civils, selon les estimations des Nations unies. Selon l'OSDH, les miliciens kurdes de l'YPG se sont opposés aux combattants de Daech dans le quartier de Ghouiran au sud-est de la ville. Hassaka, dont la population est composée d'arabes, de kurdes et de chrétiens, est divisée en plusieurs quartiers qui sont administrés séparément, les uns par les forces gouvernementales et les autres par les autorités kurdes. Le contrôle de cette région est essentiel pour les deux camps car elle se situe entre des territoires tenus par l'EI en Syrie et en Irak à proximité de la frontière turque. Ces combats sont également le moyen pour Daech de tester les capacités de l'armée gouvernementale à tenir des régions éloignées de ses places fortes dans l'ouest du pays. Le ministre syrien de l'Information a lancé un appel aux habitants de la ville pour qu'ils prennent les armes et rejoignent la ligne de front pour défendre Hassaka. Les miliciens de l'YPG ont indiqué qu'ils n'avaient pas coordonné leurs actions avec les troupes pro-Assad qui tentent de conserver leur emprise sur le quartier d'al Nachoua dans les faubourgs sud-ouest de l'agglomération et dans le quartier abritant le bâtiment des services de sécurité, a précisé l'OSDH. Dans le cadre de cette nouvelle offensive, les djihadistes concentrent également leurs efforts sur la ville frontalière de Kobani, à majorité kurde, dont ils avaient fait le siège pendant plusieurs mois avant d'être repoussés par les peshmergas. L'organisation islamiste aurait tué au moins 145 personnes dans la ville et aux environs, ce qui constitue selon l'OSDH l'un des pires massacres commis par l'EI en Syrie. Le centre de Kobani a été le théâtre samedi matin d'une explosion apparemment provoquée par des artificiers kurdes qui ont fait sauter les explosifs placés par les djihadistes dans une école dont ils se servaient comme base, a précisé l'OSDH. (Sylvia Westall; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant