Poursuite des combats à Benghazi, en Libye

le
0

BENGHAZI, Libye, 17 octobre (Reuters) - Les affrontements qui se sont poursuivis pour le troisième jour consécutif entre forces pro-gouvernementales et miliciens islamistes ont fait au moins 14 morts et sept blessés vendredi à Benghazi, la grande ville de l'est de la Libye, a-t-on appris de sources médicales. Les forces spéciales de l'armée libyenne sont appuyées dans ces combats par les partisans de l'ancien général Khalifa Haftar et par des groupes de jeunes qui refusent la mainmise des islamistes sur la région. La Libye a actuellement deux gouvernements rivaux. Le premier, issu des dernières élections législatives et seul reconnu par la communauté internationale, a dû se réfugier à Tobrouk, dans l'est du pays, après la prise de contrôle de la capitale Tripoli en août par les miliciens pro-islamistes de Misrata. Ce gouvernement est dirigé par Abdallah al Thinni. A Tripoli, les miliciens de Misrata ont maintenu en fonction l'ancien parlement, le Congrès général national (CGN), et formé un gouvernement parallèle. Ils contrôlent en partie l'ouest et le centre du pays et prétendent gérer la production pétrolière. Ils ont mis la main sur le site de la compagnie pétrolière nationale NOC et nommé un ministre du Pétrole, Machallah al Zaoui. Pour le gouvernement Thinni, ces mesures prises à Tripoli sont nulles et non avenues. Le Premier ministre reconnu par la communauté internationale a souligné que les revenus pétroliers étaient toujours versés à une banque libyenne et ensuite transférés à la banque centrale, "sous le contrôle de l'Etat libyen et du gouvernement approuvé par la Chambre des représentants". La Libye produit actuellement 800.000 barils de pétrole par jour, contre 1,4 million bpj à la mi-2013. (Ayman al-Warfalli, Feras Bosalum et Ulf Laessing, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant