Pourquoi y a-t-il un pont Mazembe à Porto Alegre ??

le
0

Cette nuit, André-Pierre Gignac va jouer son premier match de Copa Libertadores avec les Tigres de Monterrey, contre l'Internacional Porto Alegre. Sur la route du stade, il croisera le " viaduto Mazembe ". Mais que fait-il ici, ce pont ?

C'est Rafael Sóbis qui le dit : " Gignac sera la principale différence des Tigres " pour la demi-finale aller de Copa Libertadores, cette nuit à Porto Alegre, entre l'Internacional et les Tigres. L'attaquant brésilien, vainqueur de ladite Copa en 2006 et en 2010 avec l'Internacional, oublie une autre différence, moins agréable et plus personnelle : il risque d'être sévèrement moqué par les supporters du rival Grêmio Foot-Ball Porto Alegrense. Qui lui ont sans doute même rappelé, à l'heure où les Tigres s'entraînaient sur le terrain des Tricolors, qu'il était bien présent un douloureux soir de décembre 2010. Ou joyeux, tout dépend du point de vue.

Nous sommes le 14 décembre 2010 au stade Mohammed-Bin-Zayed d'Abou Dhabi, Émirats arabes unis. L'Internacional, tenant de la Libertadores, joue le TP Mazembe, vainqueur de la Ligue des champions d'Afrique. Le match devrait être une formalité, jamais, dans les 6 éditions précédentes (2000, puis à partir de 2005), la finale n'ayant échappé à un affrontement latino-européen. Mais ce soir-là, devant 22 000 personnes, le TP Mazembe crée l'exploit, bat les Colorados 2-0 et se qualifie pour la finale. Première pour un club africain (imité depuis par le Raja Casablanca en 2013), désillusion pour O Clube do Povo, le club du peuple. Et rires infinis pour les supporters du Grêmio.

Mazembeday et Mazembier


Dès l'année suivante, la Geral do Grêmio décide de célébrer le jour béni en célébrant le " Mazembeday " : tous les 14 décembre, la barra brava du premier club de Ronaldinho se réunira pour trinquer à la défaite de l'ennemi. Un supporter, Ilgo Wink, pousse même le bouchon plus loin, ou la capsule en l'espèce, et crée 2 bières, la " Mazembier " et la " Kidiaba ", du nom du gardien du TP Mazembe qui a écœuré les attaquants de l'Internacional. Il s'en explique : " Il y a moins d'un an, c'était le grand jour. L'inoubliable, mémorable 14 décembre 2010. Je sais que profiter des échecs du voisin n'est pas la meilleure chose. L'idéal serait de célébrer la victoire dans un Brasileirão. Mais aujourd'hui, ce qui reste de plus récent, c'est le doux souvenir des événements du 14 décembre 2010. Comment oublier les moqueries des Colorados, dans le passé, après que Grêmio avait perdu contre l'Ajax ? L'Inter en était venu à lancer une chemise Ajax identique, juste avec un écusson différent Donc, nous allons…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant