Pourquoi tous les salopards des couloirs passent par Monaco et Marseille ?

le
0
Pourquoi tous les salopards des couloirs passent par Monaco et Marseille ?
Pourquoi tous les salopards des couloirs passent par Monaco et Marseille ?

Ce samedi soir, Benjamin Mendy, défenseur gauche de l'AS Monaco, retrouve son ancien club, l'Olympique de Marseille. Le dernier d'une longue liste de latéraux qui sont passés par les deux clubs. Et sûrement le moins "méchant" de tous.

Patrick Blondeau, Cyril Rool, Franck Jurietti, Éric Di Meco, Lilian Martin, Manuel Dos Santos, Laurent Bonnart et Benjamin Mendy. La liste des défenseurs latéraux passés par l'AS Monaco et l'Olympique de Marseille durant ces vingt-cinq dernières années est étonnamment longue. Et dans le tas, la quasi totalité des spécialistes du découpage de viande à ce poste. Si tous les bad boys des couloirs sont passés par les deux principaux clubs du sud de la France, ça ne peut pas être une coïncidence. Tentative d'explications, en toute logique

Parce que c'est le chemin le plus court pour se barrer quand ça pue


Les mauvais garçons du football ont beau jouer les durs, les mecs en marge du football business aux valeurs de la rue, ça ne trompe personne. À part une fâcheuse tendance à aimer le contact un peu plus que la moyenne, ils sont comme les autres. Quand un club est en train de se liquéfier, le bad boy s'en va très vite mettre des coups dans les chevilles chez le plus offrant. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce ne sont pas les occasions de fuir qui manquent à l'Olympique de Marseille. Éric Di Meco le sait très bien, plus que quiconque même. En treize années de bons et loyaux services, il est le seul et unique joueur à avoir glané tous les titres marseillais de l'ère Bernard Tapie. Et pourtant, ça ne l'empêche pas de quitter le navire en 1994, à l'annonce de la rétrogradation administrative du club en deuxième division. Très pressé de se sortir du bourbier le plus vite possible, il embarque Sonny Anderson dans sa voiture et roule pied au plancher pendant deux heures. Le voilà à Monaco pour signer son nouveau contrat. Il avait bien pensé à s'arrêter à Nice, mais le club ne payait pas de mine avec sa gueule de promu.

Parce que c'est aussi le chemin le plus court pour retrouver un club quand on se fait virer


Les mecs hargneux, ça a clairement son charme. Au fond, on les aime. Ou au moins,

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant