Pourquoi René Girard est meilleur que Rudi Garcia

le
0
Pourquoi René Girard est meilleur que Rudi Garcia
Pourquoi René Girard est meilleur que Rudi Garcia

Frank McCourt a dégainé son gros nom, et c'est celui de Rudi Garcia. Sauf que plutôt qu'aller chercher le Manuel Valls du football, il aurait pu piocher dans le vivier franco-français. Parce que le meilleur, ça reste René Girard.

" Rudi Garcia confirme son arrivée à l'OM. " Même si le titre est de France Football, c'est pourtant vrai depuis hier : Garcia est de retour en Ligue 1. De la Bonne-Mère à la Canebière, Marseille s'enflamme. Coïncidence, coach Rudi fera ses débuts à Paris, sur le banc d'un Parc – pas Monceau ni Belleville, hein – qui a retrouvé ses ultras. En fait, c'est tout le football français moins l'OL de Génésio qui semblerait être sur une bonne pente : les supporters à Paris, Garcia à Marseille, Gérard Lopez et Luis Campos bientôt à Lille, le tout après Favre, Belhanda et Balotelli à Nice, ou Gourvennec, Ménez et des beaux maillots à Bordeaux. La Ligue 1 se serait enfin décidée à jeter son jogging délavé et à passer ses week-ends en nuisette Victoria's Secret ? C'est bien, c'est sexy. Mais c'est aussi oublier un détail : en France et malgré Francesca Brienza, les trois-pièces Smalto de Rudi Garcia ne valent pas tripette face aux charentaises de René Girard. Parce que la force du pays, c'est avant tout son terroir. Un truc aussi primaire qu'un slogan politique.

Le passé et la table basse


D'un côté il y a RG1, qui voudrait être pris au sérieux, mais dont la moitié de la France ne sait pas orthographier correctement le prénom. De l'autre, RG2, symbole d'un football à papa dont une nouvelle génération de spectateurs, gavée aux shows made in USA, voudrait faire table rase pour y poser les pieds et le seau de pop-corn. Has-been, Girard, Antonetti et Courbis ? C'est pourtant bien ce dernier qui était aux commandes lors de la finale de Coupe UEFA 1999. Passée de mode, la casquette d'Élie Baup, vice-championne de France en 2013 avec Charles Kaboré et Rafidine Abdullah ?

Erreur de style ! C'est qu'il est là, l'ADN d'un foot français parent pauvre des " cinq grands championnats " : faire mieux avec moins. Or, au pays de Poulidor, le mieux est souvent synonyme de presque, pour plus de panache, de destins tragiques et de lose magnifique. Puis vint René Girard. Soit le " dépassement de fonction " cher à tous les entraîneurs modernes incarné dans un corps d'ancien. Donnez-lui dix coureurs de fond et un buteur, il vous fera des miracles. Sur les dix dernières années, il est tout simplement le seul outsider de Ligue 1, avec son descendant pestiféré Laurent Blanc, à avoir atteint son…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant