Pourquoi Paris est resté raisonnable

le
0
Pourquoi Paris est resté raisonnable
Pourquoi Paris est resté raisonnable

Les folies, c'est fini... pour l'instant. Depuis l'arrivée des Qatariens en 2011, le PSG avait habitué l'Europe à animer chaque année le marché des transferts. Même lorsque le spectre du fair-play financier obligeait le club à la mesure, Paris faisait davantage dans le clinquant que cet été, avec un mercato qui a vu Krychowiak (Séville, 26 MEUR), Ben Arfa (Nice, libre), Meunier (Bruges, 7 MEUR), Lo Celso (Rosario, 9 MEUR) et Jesé (Real Madrid, 25 MEUR) rejoindre le club de la capitale.

 

Même si un ajustement de dernière minute n'est pas à exclure, l'attaquant espagnol -- qui sera présenté aujourd'hui au Parc -- devrait être la dernière recrue. « Après lui, on n'a plus besoin de recruter », expliquait le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi samedi après le succès contre Lyon lors du Trophée des champions (4-1). Un discours cohérent avec le nouveau cycle que le dirigeant a engagé avec l'arrivée de l'entraîneur Unai Emery.

 

Des stars difficiles à convaincre. Paris rêve toujours de compter un jour dans ses rangs Lionel Messi, Cristiano Ronaldo ou Neymar. Le contact avec ces stars planétaires capables de devenir des emblèmes du club à l'image de ce que faisait Ibrahimovic existe toujours, mais la possibilité de les recruter reste infime. Paris s'est bien positionné sur d'autres stars en puissance, à l'image d'Antoine Griezmann, qui a discuté avec le club, mais rien n'a pu se concrétiser. La capacité du PSG à gagner rapidement la Ligue des champions interroge chez certains, mais c'est surtout l'attractivité très relative de la Ligue 1 qui reste le principal frein au recrutement des meilleurs joueurs de la planète. « Ils ne veulent pas venir à cause de cela », expliquait en privé Laurent Blanc. « Quand on joue en Angleterre, il n'y a pas grand intérêt à venir dans un championnat où l'on risque de s'ennuyer tous les week-ends », nous expliquait au début de l'été le père d'une star suivie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant