Pourquoi Michel n'est et ne sera jamais l'homme de la situation à l'OM ?

le
0
Pourquoi Michel n'est et ne sera jamais l'homme de la situation à l'OM ?
Pourquoi Michel n'est et ne sera jamais l'homme de la situation à l'OM ?

Il y a quelques mois, Vincent Labrune faisait venir Michel pour remplacer dans l'urgence Marcelo Bielsa. À la trêve, Marseille est seulement 10e, et le bilan à la mi-saison n'est pas très reluisant. Non seulement, les résultats ne sont pas au rendez-vous, mais l'OM a également perdu la notion de spectacle. Bref, on est très loin du #MichelNoSeVa.

Parce qu'il n'a aucun plan de jeu

Sur la fin du mandat de Marcelo Bielsa, nombreux étaient ceux qui remettaient en cause sa méthode et notamment le marquage individuel. Archaïque, impensable à mettre en place aujourd'hui. Mais au moins, quels que soient les avantages et les inconvénients de ce système, l'OM avait trouvé une véritable identité. Depuis l'arrivée de Michel, le 4-3-3 a peu à peu laissé place au 4-2-3-1, mais ça ne veut rien dire. Après une demi-saison, il est aujourd'hui impossible de dire si l'OM de Michel est une équipe de conservation ou de contre, si ses forces sont l'axe ou les ailes, si l'équipe presse haut ou reste en bloc. Si la défense marseillaise est catastrophique à cause de la faiblesse intrinsèque des joueurs recrutés (Rekik, Rolando, De Ceglie, Manquillo), l'attaque est quant à elle très brouillonne à cause de l'entraîneur espagnol. Peu à peu, Michy, Alessandrini, Cabella, Nkoudou et Ocampos sont devenus de plus en plus individualistes, face à l'absence d'une tactique clairement définie. Chaque week-end, on a l'impression que Michel se contente de poser onze joueurs sur la feuille de match en attendant qu'il se passe quelque chose. Alors, on se fait peut-être chier en regardant jouer le Saint-Étienne de Christophe Galtier, mais au moins, les joueurs stéphanois savent ce qu'ils ont à faire.

Parce qu'il est incapable de se remettre en cause

C'est bien simple, ce n'est jamais de sa faute. À peine quelques semaines qu'il est en poste, Michel râle déjà sur la fameuse "mentalité française" et reproche à ses joueurs de choisir leurs matchs. Depuis, Michel a systématiquement pris le parti de taper sur ses joueurs en cas de mauvais résultat. "Il faut qu'ils franchissent un palier, mais on ne peut pas les pousser non plus", expliquait-il avant le match contre Bourg-en-Bresse ; "les joueurs doivent maintenant mettre leur ego de côté pour le bien de l'équipe. Lassana est un vrai homme, il nous en manque d'autres pour le moment", lâchait-il après la défaite contre Braga. Ça change de Bielsa, qui prenait toujours tout sur ses épaules. Mais le pire, c'est que Michel considère qu'il fait du bon boulot. "Quand je suis arrivé, il y avait zéro but au compteur, zéro point, l'entraîneur a décidé de partir. On ne peut pas redemander à la Ligue de rejouer ces matchs. Mais en…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant