Pourquoi Mario Gómez doit jouer titulaire ?

le
0
Pourquoi Mario Gómez doit jouer titulaire ?
Pourquoi Mario Gómez doit jouer titulaire ?

Faux neuf contre vrai neuf : Mario Götze a beau être le choix numéro un de Joachim Löw, le joueur du Bayern Munich est brouillon avec la Mannschaft depuis le début du tournoi. Alors pourquoi ne pas tester l'autre MG, Mario Gómez ? Les arguments ne manquent pas.

Parce que l'Allemagne qui gagne, elle le fait avec un vrai avant-centre

Mondial 54 : Ottmar Walter. Euro 72 : Gerd Müller. Mondial 74 : Gerd Müller. Euro 80 : Horst Hrubesch. Mondial 90 : Jürgen Klinsmann/Rudi Völler. Euro 96 : Jürgen Klinsmann/Oliver Bierhoff. Mondial 2014 : Miroslav Klose. À chaque fois que la Nationalmannschaft est repartie avec un trophée, elle comptait un avant-centre dans ses rangs. Certes, le Nummer Neun en question n'a pas toujours marqué en finale, mais il a pas mal aidé à amener son équipe jusqu'à ce stade de la compétition. Et même si le jeu de l'Allemagne a évolué et que tout va plus vite devant, Mario Gómez ne ferait pas tache et pourrait même filer pas mal de coups de main pour bouger les défenses adverses. Et puis, s'il est vrai qu'il est capable de ça, il est aussi capable de faire ça.

Youtube

Parce que Mario Götze, il faut que ça s'arrête

Alors oui, Joachim Löw a dit qu'il ne voulait pas d'un "attaquant axial qui reste seulement au milieu ", tel un plot. D'où la présence de Mario Götze sur le terrain. Seulement, le héros de 2014 n'est plus que l'ombre de lui-même, c'est un fait. Une ombre qui n'est même pas là où elle rêverait d'être. Faux neuf, faux poste pour le joueur du Bayern. Et même s'il se dit ouvert aux critiques, arguant que " des fois, on est le chien et des fois, on est l'arbre ", Mario Götze devrait peut-être tout simplement scier l'arbre et en faire un banc pour s'asseoir dessus. Et se rappeler que c'est justement en sortant du banc qu'il a inscrit le but le plus important de sa carrière.

Parce qu'il a la dalle

Il y a quelques semaines, Mario Gómez avait fait preuve d'une grande honnêteté en déclarant qu'il comprenait tout à fait pourquoi il n'avait pas été convoqué pour le Mondial brésilien. " Je me rappelle très bien du coup de fil de Joachim Löw. Je n'avais pas vraiment en tête d'y être. Je n'avais pas de rythme, j'avais…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com