Pourquoi Manuel Neuer va gagner le Ballon d'or.

le
0
Pourquoi Manuel Neuer va gagner le Ballon d'or.
Pourquoi Manuel Neuer va gagner le Ballon d'or.

Il n'a personne pour le défendre et personne ne l'aime. On ne peut même pas dire que des gens le détestent, ce qui est peut-être bien pire. Pourtant, le portier allemand doit mettre cette breloque sur sa cheminée pour prouver au monde qu'il peut encore être sauvé.

"Je suis un sportif, pas l'ambassadeur d'une marque, même si je suis le premier gardien d'Adidas. Je ne suis pas le genre de type qui pose en sous-vêtement. Je n'aime pas le tapis rouge, je préfère le rectangle vert. Je me sens plus à l'aise sur le terrain à essayer de m'améliorer. [ ] Après les matchs, on montre surtout les buts, les occasions, les passes décisives. Le spectateur a tendance à ne pas se rappeler qu'en tant que gardien, je fais des arrêts difficiles en prenant de grands risques, et que j'initie les actions en faisant beaucoup d'efforts." En une interview au magazine Kicker, Manuel Neuer a parfaitement résumé pourquoi il ne sera peut-être jamais sacré Ballon d'or. Cet homme, qui a déjà posé en caleçon, a tous les torts du monde : c'est un gardien allemand évoluant en Bundesliga.

Comme il le dit si bien, personne ne se souvient des gardiens, même si à grands coups de #justneuerthing, il essaye de faire changer les choses. Dans un sport dont la finalité n'est jamais que le but, la célébration de sa négation a toujours un petit côté rabat-joie. A-t-on jamais vu un match improvisé où des gens se sont battus pour aller dans les bois ? La cage, c'est la punition, et par extension, très peu rêvent de gardiens, et encore moins de le devenir. Le poster d'un portier dans une chambre d'enfants a toujours été l'exception, jamais un modèle à suivre. Combien de monstres sacrés se sont retrouvés à mettre des gants "par hasard", "pour dépanner" ? Pas étonnant dans ces conditions qu'à l'heure du transfert-roi, ces mal-aimés se monnayent une bouchée de pain. Neuer lui-même a coûté 22 millions, le prix d'un Lovren, la moitié d'un Mangala, le quart d'un James, et il est pourtant le deuxième plus onéreux à son poste, derrière Gigi Buffon.
Si t'étais né en 17 à Leidenstadt, on t'ignorerait
Autres tares : le Bayern et la Buli. Club dénué de glamour et de passion, évoluant dans un championnat rarement diffusé et que donc personne ne regarde, même s'il paraît qu'il y a "plein de buts et une superbe ambiance", parce que "tu comprends, des Leverkusen-Mönchengladbach, très peu pour moi", alors que Bilbao-Séville ou Tottenham-Newcastle, c'est super. Suffit de regarder le nombre de maillots de Kroos arborés depuis sa signature au Real pour comprendre que la popularité du club bavarois est un vrai...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant