Pourquoi les réfugiés n'ont pas envie de rester en France ?

le
0
Selon une étude de l'agence Eurostat, c'est l'Allemagne qui a enregistré le nombre le plus important de demandes d'asile entre avril et juin 2015.
Selon une étude de l'agence Eurostat, c'est l'Allemagne qui a enregistré le nombre le plus important de demandes d'asile entre avril et juin 2015.

Si les migrants continuent d'affluer en Europe, ils ne se bousculent pas au portillon de la France. C'est le constat dressé par plusieurs quotidiens internationaux. Une tendance confirmée par un récent rapport.

Les raisons d'un désamour

Selon une étude de l'agence Eurostat, c'est l'Allemagne qui a enregistré le nombre le plus important de demandes d'asile entre avril et juin 2015 avec 80 900 requêtes, soit 38 % du total de l'UE. Tandis que la Hongrie et l'Autriche arrivent en deuxième et troisième position, la France, elle, arrive à la 4e place (7 %), à égalité avec la Suède. Pour le New York Times, ce désamour a des explications bien précises. Parmi elles : "La peur, les réactions tardives de bienvenue et le refus de les accompagner ont marqué la gestion de la crise des migrants en France, que l'extrême droite française compare aux invasions barbares du IVe siècle", note le quotidien.

Mais ce n'est pas tout, souligne le journal qui continue de dresser les points noirs de l'Hexagone : "Avec son chômage endémique et sa rhétorique politique incendiaire sur les réfugiés et la fermeture des frontières, la France n'a pas vraiment déroulé le tapis rouge", explique le quotidien, qui se base sur les analyses d'un spécialiste qu'il a interviewé. Dans Le Monde, Pascal Brice, le directeur de l'Ofpra, avait déjà livré une analyse similaire : "Les gens qui viennent ici ont l'Allemagne en tête, les passeurs leur ont...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant