Pourquoi les prix du pétrole dégringolent (et qu'est-ce que ça change)

le
25
Pourquoi les prix du pétrole dégringolent (et qu'est-ce que ça change)
Pourquoi les prix du pétrole dégringolent (et qu'est-ce que ça change)

Une véritable dégringolade. Après avoir chuté lourdement jeudi, les prix du pétrole se sont de nouveau effondrés vendredi, toujours pour la même raison : alors que l'Opep pouvait décider de réduire sa production pour faire mécaniquement remonter les cours, en chute depuis juin, l'organisation des pays producteurs  de pétrole a finalement choisi de maintenir le plafond à 30 millions de barils par jour. Un choix imposé au cartel par ses puissants membres du Golfe... pour contrer l'expansion du pétrole de schiste. Une véritable partie de «Risk» grandeur nature, qui mérite quelques explications.

Pourquoi les prix du pétrole baissent?

A l'origine, c'est l'application pure et simple de la loi de l'offre et de la demande. En raison d'une offre surabondante, notamment due à un bond de la production américaine, et d'une demande affaiblie en Europe et en Chine, les cours ont chuté de 30% depuis juin. Ce jeudi donc, les pays de l'Opep, qui représentent un tiers de l'offre pétrolière mondiale, devaient trancher entre deux stratégies : baisser leur niveau de production, inchangé depuis trois ans, pour enrayer cette surabondance de l'offre et faire remonter les prix, ou au contraire maintenir la production et laisser libre cours au mécanisme du marché.

Pourquoi l'Opep a-t-elle choisi de ne pas réduire la production?

Si certains pays de l'Opep demandaient au cartel de réduire sa production pour faire remonter les cours, les pétromonarchies du Golfe, qui ont le plus de marge de manoeuvre financière au sein du cartel, ont dit non. Avec une idée bien précise: endurer des prix bas le temps d'enrayer l'essor du pétrole de schiste, plus cher à produire. «Ils ont largement les réserves de change suffisantes pour supporter un baril bas», selon Christopher Dembik, économiste chez Saxo Banque à Paris. L'objectif est donc, quitte à souffrir, de faire souffrir encore plus les producteurs de pétrole de schiste, et surtout de dissuader ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9094912 le dimanche 30 nov 2014 à 03:06

    J'habite à proximité du Luxembourg. Au Lux les prix ont baissé, mais pas en France.

  • M5850553 le samedi 29 nov 2014 à 19:03

    a la pompe çà baisse pas tant que çà!!!!!!devinez qui se gave??????

  • M5850553 le samedi 29 nov 2014 à 19:01

    La France ne saura pas!!(hélas)!!!profiter de la baisse du prix du pétrole!!!!comme d'habitude!!!

  • s.mario3 le samedi 29 nov 2014 à 15:23

    C'est la meilleure news de l'année. Ce que ça change c'est que ça donne du pouvoir d'achat aux ménages et ça peut contribuer à réduire les charges des entreprises. Bien meilleur qu'un QE...

  • M2711013 le samedi 29 nov 2014 à 14:07

    ben virot, c'est la faute à Sarko bien sûr !

  • rraclot le samedi 29 nov 2014 à 14:07

    Pour payer moins cher (le super) à la pompe il faut fermer les raffineries, et... Acheter des produits finis... "Non pas du brut"! Vous voyez le problème ???

  • virot123 le samedi 29 nov 2014 à 13:58

    avec des prix du pétrole si bas, des taux d’intérêt si bas, l'euro qui redescend, la grande excuse de nos dirigeants, la fameuse "contrainte extérieure" a disparu ! normalement c’est le rêve ! si avec ça on n'a pas de croissance c'est à désespérer !

  • virot123 le samedi 29 nov 2014 à 13:55

    les prix du carburant ont bel et bien baissé autant que le brut ! dans un litre vendu a 1.20 euro le brut représente 50 cents, les reste ce sont des frais de transport, raffinage, et surtout des taxes qui ne changent pas ! donc les 10 centimes de moins à la pompe font bien 20 % ! les baisses de ces derniers jours seront répercutées prochainement ! parfois il faut quand même être un peu honnête non ? surtout quand c'est une bonne nouvelle !

  • M2711013 le samedi 29 nov 2014 à 13:23

    lES constructeurs qui ont investi dans l'électrique, l'ont fait sous la pression des lobby écolos-gôchos ! pas par conviction, mais le problème c'est que ça ne sont pas les politiques qui paieront la facture...

  • M2711013 le samedi 29 nov 2014 à 12:22

    ON DEVRAIT être à 1,00 € le litre pour le gasoil... où passe donc le pognon ? par contre, les 4 ct€ d'augmentation des taxes, vous les constaterez le jour même ! marre d'être pris pour des jambons !