Pourquoi les métiers de la finance gagnent autant

le
0
La starisation des traders et leur mainmise absolue sur les maisons qui les emploient dopent la rentabilité des banques d'investissement.

Le Thanksgiving Day, jour d'action de grâce férié aux États-Unis, tombe le quatrième jeudi de novembre. Le calendrier en a été fixé par le président Franklin Roosevelt en 1939, pour faciliter les achats de Noël et aider l'économie à sortir de la dépression. C'est également le moment où les établissements financiers commencent à calculer l'enveloppe des bonus de leurs collaborateurs. Le millésime 2010 s'annonce excellent. Selon une enquête préliminaire du Wall Street Journal portant sur 35 institutions, les établissements de Wall Street devraient distribuer quelque 144 milliards de dollars de rémunérations variables (bonus, primes et stock-options) à l'ensemble de leurs collaborateurs. Un peu plus que l'an dernier (139 milliards). Rapporté aux 175.000 financiers que compte l'État de New York, cela fait environ 800.000 euros par personne, de la secrétaire au patron.

Pourquoi de telles rémunérations dans les banques d'investissement ? À l'occasion de la ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant