Pourquoi les hedge funds résistent à la crise

le
0

(NEWSManagers.com) -

On les dit attaqués de toute part. Plusieurs grands investisseurs institutionnels ont fait des annonces fracassantes ces dernières années à propos des hedge funds. On se souvient de Calpers, le plus gros fonds de pension des Etats-Unis, qui a décidé en septembre 2014 de liquider ses positions incitant ainsi à nombreuses remises en cause par les grands fonds de pension des performances ou des frais pratiqués par l'industrie.

En manque de performance, challengés par des taux sans risque de plus en plus bas, les hedge funds sont contraints de baisser leurs commissions. Selon une étude de Preqin , ils ne seraient plus que 35% à encore appliquer la tarification standard du " 2/20" , c'est-à-dire 2% pour les frais de gestion et 20% pour les commissions de surperformance. Ces dernières années, les frais de gestion sont revenus à 1,57% en moyenne alors que les commissions de surperformance ressortent à 19,29%.

Pourtant les hedge funds font de la résistance. " On reste toujours proche des plus hauts en matière d'encours sous gestion " , rappelle Fabrice Cuchet, directeur de la gestion alternative chez Candriam, l'un des plus gros promoteurs de ce type d'actifs en Europe.

Les hedges funds, surtout ceux qui cherchent la performance absolue, disposent de plusieurs facteurs de résilience selon lui.

D'abord, la faiblesse des taux complique certes la tâche en matière de performance, mais elle a l'avantage d'attirer des investisseurs en quête de rendement et qui ne venaient pas jusqu'à présent sur ces actifs. " Aujourd'hui, 55% de la dette gouvernementale en Europe est en territoire négatif et les obligations ne suffisent plus à diversifier un portefeuille " , rappelle Fabrice Cuchet qui a entamé la semaine dernière un grand road show en Europe pour Candriam.

Face en outre à la recrudescence des flash crashes depuis 2011 et des mouvements erratiques sur les marchés, les investisseurs cherchent davantage des stratégies visant à protéger leur capital en même temps qu'à le voir s'apprécier. Et une bonne partie des hedges funds, on a tendance à l'oublier, ont comme base de gestion la combinaison de ces deux facteurs.

Les stratégies de performance absolue sont progressivement intégrées au coeur des portefeuilles et non plus seulement comme outil de diversification de la poche action ou obligataire, mais comme stratégie pure. " Et contrairement à ce que les annonces de Calpers ou autre ont pu laisser penser, ce sont les fonds de pension et les compagnies d'assurance qui sont les plus actifs en la matière " , assure Fabrice Cuchet.

De leur côté, les hedge funds se sont adaptés et ont changé. Face à la demande, les offres se sont orientées vers des stratégies Macro, Event Driven ou Relative Value et moins vers les Equity hedge comme le Long/Short. Surtout, les enveloppes juridiques ont évolué pour favoriser la liquidité et la transparence : la part des Ucits dans l'industrie est passée de 22% en 2011 à 40% aujourd'hui.

Autre conséquence indirecte de ces pressions, le secteur s'est concentré à grande vitesse : les fonds supérieurs à 1 milliard de dollars d'encours représentent 91% des encours contre 73% en 2007, " année où on parlait déjà de concentration " , rappelle Fabrice Cuchet. La prime aux anciens fonds est aussi prédominante avec 63% des fonds qui ont au moins 5 ans. " L'intelligence, c'est la faculté d'adaptation " , disait André Gide. Il faut croire que les hedge funds ont fait preuve d'une certaine intelligence.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant