Pourquoi les ETF obligataires affichent un nouveau record en Europe

le
0

(NEWSManagers.com) - Malgré un léger ralentissement des souscriptions en septembre, les ETF obligataires européens affichent à la fin du troisième trimestre un record d'encours à 150 milliards d'euros, selon les chiffres fournis par iShares/BlackRock. Depuis le début de l'année, les fonds indiciels cotés dans l'obligataire attirent beaucoup plus les investisseurs que ceux liés aux actions avec des souscriptions respectives de 27 milliards d'euros contre 3,8 milliards d'euros.

De taille encore très réduite il y a cinq ans, le marché des ETF obligataires en Europe se rapproche à grand pas de celui des actions à 360 milliards d'euros d'encours. " Cela va très vite" , note auprès de NewsManagers Benoit Sorel, directeur d'iShares France, Belgique et Luxembourg. Même si le rythme de croissance est le même qu'en 2012, la base du marché est beaucoup plus large aujourd'hui.

La politique accommodante de la BCE, qui a décidé en avril de racheter des obligations d'entreprises, est une des principales raisons à ces records. " L'objectif des investisseurs est d'être rapidement exposés à cette classe d'actifs, notamment pour profiter immédiatement du rallye lors d'annonces de la BCE. De plus en plus d'investisseurs restent toutefois exposés aux ETF à long terme avec l'espoir d'accroître encore la plus-value" , explique Benoit Sorel.

Et plus le marché grandit, plus il attire les acheteurs, surtout les gros, incapables jusqu'à présent par leur contrainte de liquidité de s'y intéresser. " On ne voit plus uniquement des gérants multi-actifs, qui en étaient les premiers utilisateurs naturels, acheter des ETF obligataires. La plupart des gérants obligataires (gérants de fonds obligataires ou de compagnies d'assurance) les intègrent désormais dans leurs outils de liquidité."

La liquidité reste toutefois au cœur des préoccupations de certains observateurs, inquiets des conséquences d'une éventuelle sortie massive des investisseurs en cas de panique, notamment sur la dette d'entreprises. " Le vrai danger pour la liquidité résiderait dans les périodes de krach obligataire quand tout le monde est à la vente et sans aucun acheteur. Mais je ne suis pas inquiet car jusqu'à présent, on a vu que les investisseurs qui avaient absolument besoin de rendement se portaient très vite acheteurs lorsque la dette décotait. C'est un facteur fort de soutien à la liquidité. La liquidité des ETF a d'ailleurs établi des records lors des récentes périodes de forte volatilité obligataire" , veut toutefois rassurer Benoit Sorel. Sur les 150 milliards du marché européen des ETF obligataires, les produits estampillés iShares totalisent 100 milliards.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant