Pourquoi les Diables rouges ne nous envoient pas du lourd ?

le
0
Pourquoi les Diables rouges ne nous envoient pas du lourd ?
Pourquoi les Diables rouges ne nous envoient pas du lourd ?

Hazard, De Bruyne, Witsel, Kompany Sur le papier, compter les Diables rouges joueurs devient de plus en plus difficile. Pourtant, dans le jeu, les prestations de la Belgique laissent bien trop souvent un goût de trop peu. Explications.

13 juin 2015. Six jours après sa victoire en amical face à la France, la Belgique se plante au pays de Galles qui se la joue Grèce 2004 pour désarçonner les hommes de Marc Wilmots. Mais au-delà de la défaite – la première depuis l'élimination en Coupe du monde face à l'Argentine – revient bien entendu la question de la qualité de jeu de ces Diables rouges, incapables de faire déjouer le système de Coleman. Parfois flamboyants – remember les 60 premières minutes à Saint-Denis – les Belges déçoivent pourtant assez régulièrement en proposant un jeu que beaucoup estiment indigne des capacités individuelles de chaque Diable. Est-ce une question de temps, de culture ou de réputation ?

Une qualif sans la manière


La ferveur autour de l'équipe nationale belge a réellement commencé lors des premiers matchs de qualification pour la Coupe du monde 2014. Invaincue et ne concédant que deux matchs nuls sur l'ensemble de son parcours, la Belgique va cependant rarement séduire en écartant entre autres l'Écosse, la Serbie ou encore la Croatie. Pire : à la Coupe du monde, les ouailles de Marc Wilmots se placent fastoche en quart de finale en donnant l'impression d'en avoir gardé sous la pédale. "Mais on attendait beaucoup trop de cette équipe, alors que ce n'était que son premier grand tournoi", clame Hugo Broos, international belge de 1974 à 1986. "On vient de très loin, balance de son côté Georges Leekens, sélectionneur de 1997 à 99 et de 2010 à 2012. Il y a quelques années pas très lointaines, tout le monde était très loin devant nous. On a progressé sur les cinq-six dernières saisons, mais le jeu ne se fait pas sur commande. Certes, le football belge a changé, est désormais respecté et les P'tits Belges sont devenus grands, mais ce n'est pas facile d'avoir une équipe directement performante comme l'Espagne l'a eu, c'est une évolution à suivre."

Un passé défensif


Par le passé, la Belgique avait réussi quelques performances internationales dans les années 80 en atteignant le dernier carré de la Coupe du monde 86 et la finale de l'Euro 80, mais le jeu était alors tout autre. "Avant, on jouait assez défensif pour cacher nos défauts, analyse Leekens. Il y avait bien sûr quelques bons joueurs, mais pas la génération que l'on a maintenant – et celle qui suit –, donc c'était plus un jeu organisé. Quand tu…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant